Des électeurs de neuf municipalités, dont L’Ancienne-Lorette, se rendront aux urnes le 4 octobre
Des électeurs de neuf municipalités, dont L’Ancienne-Lorette, se rendront aux urnes le 4 octobre

Partielle à L'Ancienne-Lorette: le défi d’un scrutin en temps de COVID

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
Des électeurs de neuf municipalités, dont L’Ancienne-Lorette, se rendront aux urnes le 4 octobre pour une première élection en mode COVID. Un scrutin qui représente un défi logistique. Me Marie-Hélène Leblanc-Bourque est présidente de l’élection partielle à L’Ancienne-Lorette. Pour la greffière de la municipalité, arrivée en poste en août, «c’est un véritable baptême du feu», rigole-t-elle.

Le Directeur des élections du Québec (DGE) a émis une série de règles d’hygiène et de distanciation qui demandent un effort d’organisation. Surtout, on veut éviter que les bureaux de vote où se présentent des milliers d’électeurs deviennent des milieux de propagation du virus.

Le fameux deux mètres

«On a mesuré à la règle les édifices qui serviront pour le vote. On veut s’assurer que le deux mètres sera respecté, en tenant compte du personnel d’élection nécessaire sur place et du nombre d’électeurs potentiels. Il ne faut surtout pas dépasser la capacité maximale prescrite par la Direction de la santé publique», explique Mme Leblanc-Bourque.

Dans une élection prépandémie, L’Ancienne-Lorette aurait aménagé ses bureaux de vote dans trois édifices. En ces temps troubles, il y en aura quatre pour aménager 38 bureaux. 

Le plus important est celui de la polyvalente. En temps normal, la Ville utiliserait seulement un gymnase de l’établissement. En pandémie, elle mobilise les deux gymnases et la cafétéria.

La présidente ajoute que la Ville opte pour «l’espace» plutôt que pour le nombre de jours de vote. En effet, la Ville aurait pu tenir trois jours de vote par anticipation pour répartir les 13 000 électeurs inscrits sur une plus longue période. 

Il se déroulera comme prévu le dimanche 27 septembre. Seule modification, la plage horaire est plus longue. Le scrutin se tiendra de 9h30 à 20h plutôt que de 12h à 20h.

Mesures sanitaires

Comme dans tous les lieux publics, l’électeur devra se plier à diverses mesures sanitaires maintenant ancrées dans les habitudes. Il y a quand même quelques particularités propres au vote.

La plus flagrante est sans doute qu’il peut (ce n’est pas une obligation) amener son crayon pour apposer son «X». Cette mesure contraste avec l’ancienne règle en vigueur où il était tenu d’utiliser le crayon au plomb mis à sa disposition dans l’urne.

Autre modification, le votant devra lui-même arracher le talon du bulletin de vote pour éviter les multiples manipulations. Des lingeries seront aussi mises à sa disposition pour nettoyer la table sur laquelle il fera son choix.

«On essaie de ne rien oublier. On va également désinfecter toutes les surfaces communes régulièrement et on demande aux candidats de limiter le nombre de leurs représentants aux bureaux de vote. Avec cinq candidats, on n’aura pas suffisamment de place pour respecter le deux mètres. C’est un beau défi et beaucoup de travail et d’adaptation, mais on est en temps», conclut Mme Leblanc-Bourque. 

À LIRE AUSSI: Portraits des cinq candidats de l'élection à L'Ancienne-Lorette