Mario Goupil

Opposition publique d’un ex-journaliste de La Tribune de l’achat par Québecor

SHERBROOKE - Un ancien journaliste de La Tribune de Sherbrooke, Mario Goupil, a repris provisoirement le clavier afin d’exprimer le voeu que le journal passe aux mains d’intérêts locaux et pour expliquer son opposition à une prise de possession du journal par Québecor.

M. Goupil, qui a été reporter et chroniqueur pendant une trentaine d’années à La Tribune, craint que l’homme d’affaires Pierre Karl Péladeau veuille faire de La Tribune une publication encartée dans Le Journal de Montréal.

Il signale dans un texte publié sur Facebook qu’en 1993, alors que La Tribune vivait une crise profonde sous le leadership d’un éditeur qu’il qualifie de catastrophique, certains collègues et lui ont sondé l’intérêt du fondateur de Québecor, Pierre Péladeau, et de son fils Pierre Karl pour lancer un nouveau quotidien à Sherbrooke.

Deux rencontres ont eu lieu au siège de Québecor à Montréal entre le groupe et Pierre Karl Péladeau. Mario Goupil relate qu’à la seconde occasion, M. Péladeau était entouré de quelques dirigeants du Journal de Montréal et de comptables de Québecor.

M. Goupil a conclu que la volonté de M. Péladeau était que ce qui allait s’appeler Le Journal de Sherbrooke ne soit qu’un hebdomadaire ou un cahier encarté dans Le Journal de Montréal. L’ancien journaliste craint que la volonté de M. Péladeau serait la même 25 ans plus tard s’il parvenait à acquérir La Tribune, mais selon lui, Sherbrooke et l’Estrie méritent mieux.

Mario Goupil signale que peu après ces rencontres, le rédacteur en chef du Journal de Montréal, Raymond Tardif, a été nommé président-éditeur de La Tribune. Il précise que ce dernier a su relever le journal avec brio.

Il ajoute que l’un de ses collègues journalistes de La Tribune qui l’a accompagné lors des entretiens avec M. Péladeau était Stéphane Lavallée. L’année suivante, celui-ci est devenu directeur de l’information de La Tribune. Il a plus tard occupé des postes de direction à La Presse et au journal Les Affaires, avant de devenir conseiller en communications en 2013.

Lundi dernier, Stéphane Lavallée a été mandaté par le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, pour relancer les journaux de Groupe Capitales Médias. Mario Goupil affirme que s’il y en a un qui peut trouver un moyen de sauver les quotidiens régionaux, c’est bien Stéphane Lavallée.

Mardi, en entrevue à Radio-Canada, Pierre Karl Péladeau a confirmé que Québecor ne fermait pas la porte à un éventuel rachat du Groupe Capitales Médias, de ses six quotidiens et de son hebdomadaire, même si sa première proposition, émise la semaine dernière, n’a pas été acceptée par le gouvernement du Québec. La teneur de cette proposition, tant financière que pour l’avenir des publications, n’est pas connue.

Entreprise citée dans ce texte: Québecor (TSX:QBR.B)

+