Pour la municipalité de Sainte-Croix, il n’était pas question que des courses se tiennent à nouveau sur une piste qu’elle juge «illégalement construite».  
Pour la municipalité de Sainte-Croix, il n’était pas question que des courses se tiennent à nouveau sur une piste qu’elle juge «illégalement construite».  

Nouvelle piste à Sainte-Croix: la Ville remporte une manche  

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Le Soleil
La saga de la piste de course de Sainte-Croix se poursuit. La municipalité vient de remporter une manche dans la discorde qui l’oppose aux gestionnaires du Circuit Riverside Speedway. La Cour interdit pour une durée de 10 jours les opérations sur la piste en terre battue, entraînant l’annulation d’un événement qui devait se tenir samedi.  

Pour la municipalité de Sainte-Croix, il n’était pas question que des courses se tiennent à nouveau sur une piste qu’elle juge «illégalement construite».  

Devant l’annonce d’un second événement hors route qui devait se tenir sur la nouvelle piste en terre battue le 26 septembre, la municipalité de Sainte-Croix a entamé des recours judiciaires. Une demande d’injonction provisoire a été accordée à la municipalité jeudi pour «éviter la tenue» de la deuxième ronde de courses de la McGregor Offroad Series, ainsi que les autres qui pourraient s’y tenir. 

Une demande que le gestionnaire de la piste de course, Jean Bergeron, entend bien respecter. «Ça fait 12 ans qu’on obstine, c’est devenu une habitude», lâche-t-il. 

«Répit» 

«Le juge a répondu à la totalité de nos demandes. On ne criera pas victoire, mais l’idée c’était d’avoir un répit», exprime Jean-Pierre Ducruc, maire suppléant de Sainte-Croix.  

Dans son jugement, le juge de la Cour supérieure Alain Michaud écrit: «Le Tribunal ordonne [aux gestionnaires de la piste de course de Sainte Croix] de ne plus utiliser la nouvelle piste de type motocross en terre battue […] de n’effectuer aucuns travaux supplémentaires [et] de retirer toute publicité de l’événement devant avoir lieu le 26 septembre 2020 et de ne pas publier de nouvelles publicités à ce sujet».  

Le verdict rendu était donc valide pour 10 jours, à partir du 24 septembre. La course qui devait se tenir samedi a été annulée. 

«Nous sommes dans le regret de devoir annuler la deuxième manche de la Triple Couronne McGregor dû à une injonction de la Cour par la Ville de Sainte-Croix», annonçait le promoteur via Facebook vendredi.  

Le site de la piste de course demeure ouvert. «C’est pas grave, ma piste asphaltée continue de rouler, c’est juste les activités de l’autre en terre battue qu’on a cancelé», exprime le gestionnaire du Circuit Riverside Speedway. 

Rappel des faits 

Il y a deux semaines, Le Soleil révélait l’exaspération d’un regroupement de citoyens de Sainte-Croix, dans Lotbinière, face au bruit causé par la piste de course voisine. Des membres du groupe considéraient que le Circuit Riverside Speedway s’était agrandi en catimini au cours de la fin de semaine de la Fête du travail, et ce, malgré la contre-indication de la Ville.  

La municipalité avait alors fait parvenir une mise en demeure aux promoteurs du circuit, installé sur la route 132 depuis les années 70. Elle reprochait aux exploitants du circuit d’avoir réalisé «d’importants travaux […] afin de créer une piste de style moto-cross en terre battue à côté de la piste de course déjà présente», pouvait-on lire dans la lettre.    

Un permis de construction avait précédemment été délivré au propriétaire du terrain pour la réalisation de travaux «relativement à l’enlèvement d’une clôture et de l’égalisation d’une partie de terrain de manière à mieux pouvoir tondre la pelouse avec un tracteur», écrivaient les avocats de Sainte-Croix.  


« Ça fait 12 ans qu’on obstine, c’est devenu une habitude. »
Jean Bergeron

Le premier événement à se tenir sur cette nouvelle portion de piste a eu lieu au cours de la fin de semaine du 12 septembre, en dépit de la volonté de la municipalité de l’empêcher.  

«Le permis n’était pas clair autant de leur côté que du mien», plaide le gestionnaire du Circuit Riverside Speedway, Jean Bergeron.   

«Cette piste de course est fréquemment réaménagée depuis plus de quarante ans est opérée suivant les règles de l’art et en fonction de la règlementation en vigueur», répondait d’ailleurs l’avocat de l’entreprise à la mise en demeure de la municipalité.  

Retour en cour 

La municipalité de Sainte-Croix ainsi que les gestionnaires de la piste de course Riverside Speedway sont convoqués devant la cour le 2 octobre prochain. 

Du côté de la municipalité, la confiance règne pour la suite des choses. «À nos yeux les arguments ont été assez solides pour bloquer les activités pendant les 10 jours à venir, alors le jugement qui sera porté après la session du 2 octobre devrait le confirmer et là ce serait permanent», espère le maire suppléant Jean-Pierre Ducruc.  

Le gestionnaire de la piste, Jean Bergeron, compte bien se défendre. «On a des droits acquis sur le terrain depuis les années 70 […] alors les courses, que je les fasse n’importe où, j’ai le droit», martèle-t-il.