Hélène Bienvenue, Caroline Fauteux, Élaine Plamondon, Catherine Lantin et Paul Gosselin ont présenté le bilan de l’année 2018 et présenté la nouvelle image du Zoo de Granby, mercredi.

Nouvelle image pour le Zoo de Granby

Le Zoo de Granby poursuit sa lancée. En plus d’avoir enregistré en 2018 la deuxième meilleure affluence de son histoire, il affichera désormais une nouvelle image qui marque le début d’une « nouvelle ère ».

« En même temps qu’on dévoile de beaux chiffres, on dévoile une nouvelle image. Avec les investissements de 51 millions $ dans le plan directeur, la nouvelle image va donner le ton. On peut dire que c’est une nouvelle ère : une ère de succès et de réalisations en lien avec la mission de conservation et de préservation de la faune animalière », a affirmé le directeur général, Paul Gosselin, aux médias quelques heures avant l’assemblée générale annuelle.

Celui-ci affirme que cette nouvelle image de marque était en préparation depuis deux ans. Une équipe interne y a travaillé avec la firme lg2. Très rapidement, l’ancien logo, qui se déclinait sous plusieurs variantes, sera remplacé sur les affiches extérieures — y compris l’arche à l’accueil —, la papeterie, les vêtements des employés, les produits dérivés, etc.

Les médias sociaux ont déjà adopté mercredi soir cette nouvelle image qui, selon le DG, se veut plus « rassembleuse et pure ». « Elle marque la modernité du Zoo », dit-il.

L’année 2018 aura par ailleurs permis au Zoo de Granby d’enregistrer un achalandage total de 862 460 personnes. Les saisons hivernales et printanières, de même que la vente d’abonnements, continuent d’ailleurs de progresser.

Le record à battre avait été établi en 2017 avec quelque 940 000 visiteurs. Une popularité attribuée à l’époque à la mise en place de l’attraction Dinozoo.

Un million de visiteurs

Paul Gosselin estime qu’avec les travaux de modernisation en préparation et le plan d’affaires élaboré, le Zoo pourrait bien franchir le cap d’un million de visiteurs d’ici 2023. Dans la foulée, précise-t-il, différentes mesures seront toutefois mises en place pour faciliter la logistique de l’accueil, de façon à ce que l’expérience demeure à la hauteur des attentes.

Le Zoo continuera aussi à travailler de concert avec la Ville de Granby et le service de police local pour améliorer la fluidité de la circulation autour du site principal en période de pointe, note Paul Gosselin.

Le Zoo a d’ailleurs annoncé récemment avoir investi 7,4 millions $ dans l’achat de huit terrains qui, pour la majorité, seront utilisés comme stationnement et permettront l’ajout de près de 1000 cases supplémentaires. Quelque 700 cases seront aménagées sur l’un de ces terrains cet été, rue des Colombes, où se trouve déjà un stationnement secondaire. Le service de navette s’en trouvera maximisé.

Les visiteurs sont de plus en plus nombreux à se rendre au Zoo de Granby durant la saison hivernale.

Année des lions

La nouveauté de 2019 sera assurément le nouvel habitat des lions, aménagé au coût de 3 millions $, selon Paul Gosselin. Permettant de voir les félins à l’année, il sera inauguré à la mi-juin.

Une nouvelle expérience de cinéma 7D pourra aussi être expérimentée près du parc des manèges. Les dinosaures animés et grandeur nature de Dinozoo demeurent encore en place pour une troisième et dernière année. L’activité nocturne automnale, Noctambule, est en révision.

Les travaux de construction du nouveau pavillon du volet Affaires et Événements battent leur plein depuis quelques semaines. Différents petits chantiers sont aussi réalisés sur le site en fonction des projets à venir.

Certains vieux pavillons, comme celui des gardiens, ont disparu du paysage pour faire place à de nouvelles installations. Il est déjà prévu que l’année 2020 soit celle des rhinocéros et des hippopotames, glisse Paul Gosselin.

Le Zoo de Granby a par ailleurs augmenté ses dons pour la conservation, si bien qu’il a accordé en 2018 un montant record de 375 000 $ pour la réalisation de différents projets en nature, ici et ailleurs, souligne le directeur général.

Virage vert

De nouveaux gestes seront en outre posés en 2019 pour favoriser le développement durable, annonce Paul Gosselin. Les pailles, entre autres, ne seront plus disponibles, sauf sur demande. Les sacs de plastique seront aussi retirés.

Pour arriver à éliminer les bouteilles d’eau de plastique, le Zoo multipliera au cours des trois prochaines années l’installation de stations de remplissage, bref d’abreuvoirs. « On reverra aussi avec nos fournisseurs, au niveau contractuel, comment éliminer totalement les bouteilles d’eau. C’est le souhait », affirme le dirigeant.

L’élaboration d’un menu écoresponsable et la présence d’un camion de cuisine de rue, alimenté aux énergies renouvelables, sont d’autres initiatives qui seront mises de l’avant.

« La demande est là. Ce n’est pas juste la clientèle qui veut ça, nos employés aussi. (...) On va prendre ce virage-là, mais par étape », dit Paul Gosselin, qui souligne que le Zoo est en attente d’obtenir le deuxième niveau de la certification écoresponsable.