Comme deux employés du restaurant-bar Shaker de Rimouski ont obtenu un test positif à la COVID-19 et que la Taverne 666 est située dans le même bâtiment, un appel à la vigilance est lancé auprès des clients qui ont visité ces deux établissements entre le 1er et le 12 septembre.
Comme deux employés du restaurant-bar Shaker de Rimouski ont obtenu un test positif à la COVID-19 et que la Taverne 666 est située dans le même bâtiment, un appel à la vigilance est lancé auprès des clients qui ont visité ces deux établissements entre le 1er et le 12 septembre.

Nouvelle éclosion de COVID-19 au Bas-Saint-Laurent

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
RIMOUSKI – La propagation de la contagion à la COVID-19 se poursuit à la vitesse grand V au Bas-Saint-Laurent. Après une explosion de cas de personnes infectées principalement au Kamouraska et à Rivière-du-Loup, voilà qu’une nouvelle éclosion est apparue à Rimouski. Le restaurant-bar Shaker et La Taverne 666 sont sous la loupe de la direction régionale de la santé publique.

Deux employés du Shaker ont obtenu un résultat positif à un test de dépistage du coronavirus. Tous les autres employés ont été placés en isolement. «Par mesure préventive et pour protéger votre santé et la santé de nos employés, nous avons pris la décision de fermer le restaurant durant les prochains jours […], fait savoir la direction de l’établissement sur sa page Facebook. Nous prenons toutes les mesures exigées par le gouvernement très au sérieux et nous sommes présentement en étroite collaboration avec la santé publique, qui continue son enquête. Plus de détails à venir durant les prochains jours.»

Le directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent lance donc un appel à la vigilance auprès de tous les clients qui ont fréquenté cet endroit, de même que la Taverne 666 située dans le même édifice, entre le 1er et le 12 septembre. Sylvain Leduc invite ces personnes à être attentives à l’apparition de symptômes tels que la fièvre, la toux, des difficultés respiratoires et la perte de l’odorat au cours des 14 jours suivant leur visite dans ces deux commerces. Il leur est également recommandé de s’isoler et de subir un test de dépistage si elles pensent avoir été exposées au virus. «Il est primordial de respecter les consignes sanitaires et de s’isoler afin de mettre un frein à la progression du virus dans notre communauté, martèle le DLeduc. En l’espace d’à peine une semaine, le nombre de cas du Bas-Saint-Laurent a plus que doublé et ce n’est pas sans conséquence pour les personnes vulnérables, les parents, les enfants et les entreprises de la région. Le virus est présent. Il est temps de se responsabiliser et d’agir pour le bien collectif.»

Augmentation des cas de 100 %

Avec 21 cas qui se sont ajoutés à son bilan dimanche, le Bas-Saint-Laurent est passé de 80 cas à 159 en l’espace de quatre jours. De ce nombre, 76 personnes sont rétablies depuis le début de la pandémie et actuellement, aucune hospitalisation n’est recensée. Depuis son apparition, le virus a fait deux victimes dans la région.

Devant le débordement de cas positifs à la COVID-19 et afin d’offrir un accès plus rapide au test de dépistage, une clinique mobile a ouvert ses portes dimanche au PEPS du Cégep de Rimouski. Les heures d’ouverture sont de 13h à 21h.

La direction régionale de la santé publique exhorte encore une fois les gens qui ont reçu des consignes d’isolement à les respecter. Par ailleurs, toutes les personnes qui pensent avoir été exposées au virus ou en contact avec des gens qui l’ont été et qui sont en attente d’un résultat de dépistage doivent aussi se placer en isolement. Les personnes qui vivent du stress, de l’anxiété ou de la détresse peuvent composer le 8-1-1, option 2, pour obtenir un soutien psychosocial.