Les amateurs de hockey de Québec qui ont l'espoir de voir les Hurricanes de la Caroline déménager dans la capitale doivent oublier ce scénario pour l'instant.

Nouvelle douche glacée pour les fans des Nordiques

Double coup dur pour les partisans du retour des Nordiques à Québec, jeudi. Peu après l’annonce d’un contrat d’achat permettant aux Hurricanes de rester en Caroline, le commissaire Gary Bettman révélait ouvrir la porte au groupe de Seattle intéressé par l’acquisition d’une équipe d’expansion.

Cette deuxième nouvelle est sans doute celle qui choquera le plus les amateurs de hockey de Québec, car seule la ville de l’État de Washington sera à l’étude, a expliqué Bettman.

«Nous évaluerons le marché, l’aréna, les propriétaires et nous déciderons s’ils pourront poursuivre le processus, qui constituera en une application formelle», a-t-il affirmé, lors d’un point de presse tenu en marge de la réunion du bureau des gouverneurs de la LNH, en Floride.

Lorsqu’un journaliste lui a demandé où Québec se retrouvait à la suite de cette annonce, Bettman a esquivé la question. «J’ignore la réponse à ça», a-t-il affirmé en haussant les épaules. «Tout ce qu’on fait, c’est accepter l’application de Seattle. Évidemment, il y a plusieurs différences entre Seattle et Québec, entre autres pour la question de l’équilibre des Associations. Notre plan n’est que d’étudier la candidature de Seattle en ce moment.» Il y a pour l’instant 15 équipes dans la conférence de l’Ouest, où se retrouverait Seattle, contre 16 dans celle de l’Est, où une formation de la capitale québécoise prendrait place.

Québec était sur les rangs lors du dernier processus d’expansion, conclut en juin 2016. La ville de Las Vegas s’y était vue offrir une nouvelle formation, tandis que le cas de Québec — et du propriétaire potentiel, Québecor — a été jugé trop incertain par le commissaire de la LNH. Entre autres à cause du taux de change défavorable au dollar canadien, avait-il argué.

La Ville de Seattle s’est engagée cette semaine à participer à la modernisation du vétuste KeyArena, un projet de 600 millions $ qui le rendra apte à accueillir du basketball de la NBA et du hockey de la LNH, «probablement pour la saison 2020-2021», a dit Bettman, visiblement intéressé par la potentielle rivalité avec les Canucks de Vancouver.

Vente en Caroline

Du côté des Hurricanes, un contrat d’achat lie désormais le propriétaire actuel, Peter Karmanos, et un nouvel acquéreur potentiel, Tom Dundon.

S’il ne faut pas la confondre avec la vente finale, l’entente devrait malgré tout mettre fin à quelques années de rumeurs récurrentes qui envoyaient les Hurricanes à Québec. MM. Karmanos et Dundon ont rencontré les gouverneurs de la Ligue nationale en Floride, jeudi matin, pour leur présenter leurs intentions.


Les rumeurs concernant le déménagement de cette formation sont absolument fausses, fausses, fausses.
Gary Bettman, au sujet des Hurricanes

Même si les assistances aux matchs des Hurricanes, à Raleigh, sont décevantes depuis plusieurs années, la LNH tient mordicus à ce que la vente de la concession contienne une clause de non-déménagement. Traditionnellement, cette clause est valide pour sept ans. 

«Les rumeurs concernant le déménagement de cette formation sont absolument incorrectes, fabriquées, fausses, fausses, fausses. Je veux être clair comme de l’eau de roche là-dessus», a dit Bettman en insistant beaucoup.

«Nous aimons l’équipe où elle est», avait affirmé Dundon plus tôt dans la journée. «C’était très important» de trouver un acheteur qui garderait le club à Raleigh, a de son côté souligné Karmanos.

Selon le journaliste de TSN Pierre LeBrun, Dundon achètera 52 % de l’équipe, tandis que Karmanos conservera le 48 % restant. Le premier détiendra toutefois une option de rachat dans trois ans. La LNH doit avaliser le processus avant qu’il soit question de vente finale, a précisé LeBrun sur Twitter.

Pour ce contrat d’achat, les Hurricanes auraient été évalués à un peu moins de 500 millions $. L’équipe occupe le 30e et avant-dernier rang de la LNH pour la moyenne de spectateurs par match cette saison avec 11 863. Seuls les Islanders de New York font pire (11 685).

Karmanos est propriétaire de la concession depuis 1994, alors que l’équipe s’appelait les Whalers de Hartford. Il l’a déménagée en Caroline du Nord en 1997. L’an dernier, il a été poursuivi par ses trois fils en raison d’un montant de 105 millions $ promis en héritage, saga judiciaire ayant décuplé les rumeurs de déménagement.

Dundon, un milliardaire de Dallas, est le fondateur de Santander Consumer USA, une compagnie spécialisée dans le financement pour l’achat d’un véhicule.

Les représentants de Québecor ont préféré ne pas commenter la nouvelle concernant les Hurricanes, jeudi, et n’ont pas retourné les demandes du Soleil concernant celle de Seattle, en soirée.