Nouveau départ pour La Station et le Fonds d’emprunt Québec [VIDÉO]

Neuf mois après qu’un véhicule ait percuté les fenêtres des locaux et terminé sa course dans la cuisine, le Fonds d’emprunt Québec et La Station ont inauguré mercredi leurs nouvelles installations.

L’accident survenu le 22 mai avait fait 12 blessés et laissé des dommages considérables. Deux mois plus tard, un autre véhicule avait percuté l’immeuble. 

Depuis ces deux événements-là, la Ville de Québec a installé une glissière de sécurité entre les voies de circulation devant le bâtiment, sur le boulevard Charest.

L’endroit accueillait plusieurs entreprises locataires, la majorité avait des assurances afin de payer les prix des dégâts et de reconstruction. D’autres ont été moins chanceux, sans assurances ou avec de lourdes franchises à payer, l’accident a vite fait place à des problèmes financiers. Les entreprises se sont alors regroupées pour lancer une campagne de financement qui s’est avérée un succès.

«Puisque nous sommes convaincus que ce continuum de service en un seul endroit permet aux travailleurs autonomes et aux propriétaires de petites entreprises de Québec d’être outillés efficacement dans leur parcours entrepreneurial et de multiplier ainsi leur chance de succès, nous nous sommes retroussé les manches pour redonner à la communauté d’affaires cet espace innovant», indique Aina Rakotoarinivo, directeur général du Fonds d’emprunt Québec et de La Station Québec.

La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en compagnie de tous les employés, partenaires et donneurs, ainsi que Pierre-Luc Lachance, conseiller municipal de Saint-Sauveur-Saint-Roch à la Ville de Québec.

«Ce qui a été long, c’est en lien avec la pénurie de main-d’œuvre, a été de trouver un entrepreneur et des sous-traitants qui pouvaient faire les travaux dans une courte période de temps. On est contents aujourd’hui de revenir dans nos espaces, neuf mois plus tard», ajoute M. Rakotoarinivo.

Les bureaux ont subi des changements mineurs, les arrangements sont plus conviviaux et les bureaux ont plus d’espace de travail. Les travaux ont presque entièrement servi à réparer ce qui avait été détruit.