Déjà au printemps, Pierre Nantel avait flirté avec l’idée de passer au Bloc québécois. En mai, il fermait cette porte.

Nantel se voit retirer sa candidature néo-démocrate pour avoir parlé au Parti vert

OTTAWA — Largué avant de claquer la porte, le député Pierre Nantel dit qu'il se devait de faire «un coup d'éclat» pour attirer l'attention sur l'urgence climatique.

Vendredi après-midi, le Nouveau Parti démocratique (NPD) a fait savoir que l'élu de Longueuil-Saint-Hubert ne le représenterait plus aux élections du 21 octobre puisqu'il a lui-même confirmé qu'il était en négociations avec le Parti vert.

«Il nous a confirmé que oui, il finalisait des discussions avec une autre formation politique et qu'il n'y avait pas de possibilité de retour en arrière pour lui», a raconté Alexandre Boulerice, qui a dû aller frapper à la porte du député à Longueuil puisque celui-ci ne répondait pas à ses appels depuis le matin.

«Il ne peut pas rester dans le caucus néo-démocrate. Il ne peut pas être notre candidat, évidemment. Alors on a pris les mesures qui s'imposaient le plus rapidement possible», a relaté M. Boulerice, en entrevue téléphonique.

«C'est simplement un cri du coeur. C'est la question de la crise climatique qui est au centre de mes préoccupations et depuis longtemps», s'est défendu le principal intéressé, joint par téléphone à Longueuil.

M. Nantel cherchera maintenant à obtenir la candidature du Parti vert dans sa circonscription.

Or, il y a un os. Le Parti vert a déjà sa candidate dans la circonscription, la même qu'en 2015.

M. Nantel rapporte qu'il est déjà en discussion avec Casandra Poitras, «une femme fantastique, exceptionnelle» pour voir si elle ne lui cèderait pas tout simplement la place.

L'homme tient à tout prix à se retrouver sur un bulletin de vote en octobre.

«Moi, honnêtement, les partis, ça m'importe peu. Ce qui m'importe, c'est que la question de la crise climatique soit au centre de l'élection», a-t-il insisté.

Une fille inspirante?

Vendredi matin, au Parti vert, on ne voulait pas confirmer la rumeur qui avait commencé à circuler, mais on se montrait déjà accueillant.

«Si Pierre Nantel veut se joindre au Parti vert, on ne dirait pas non», confiait Daniel Green, leader adjoint du Parti vert, joint par téléphone alors qu'il se déplaçait dans le métro de Montréal.

M. Green croit savoir que c'est la fille adulte de M. Nantel, Marilou, qui a inspiré son père à aller voir ailleurs qu'au NPD. Le père et sa fille ont participé aux marches étudiantes le printemps dernier.

Le leader adjoint du Parti vert croit que M. Nantel voit venir une mobilisation étudiante encore plus grande cet automne. «On a eu le printemps érable; on risque d'avoir l'automne vert», a-t-il prédit.

M. Nantel a confirmé le rôle de sa fille qui «fait partie de cette génération qu'on peut qualifier d'éco-anxieuse».

Rappelant ses luttes pour la protection des industries culturelles et son passé souverainiste, le député a expliqué pourquoi il se devait de passer à autre chose maintenant.

«Tout le monde doit bien comprendre qu'aujourd'hui dans cette espèce d'élection référendaire, il est l'heure de voter pour le climat», a-t-il lancé.

Un collègue difficile?

Comme chaque fois dans pareil cas, au parti froissé, on révise son opinion de celui qui part.

«Pierre a toujours eu de la difficulté à jouer en équipe. Il prenait souvent des initiatives personnelles pas toujours très réfléchies. (...) Donc, oui, c'est plate, c'est dommage, mais on n'est pas très, très surpris», a lâché M. Boulerice.

Déjà au printemps, M. Nantel avait flirté avec l'idée de passer au Bloc québécois. En mai, il a fermé cette porte.

Un signe pour le NPD?

Alexandre Boulerice assure qu'il ne faut pas lire ici une démonstration supplémentaire des difficultés de son parti qui traîne dans les sondages.

M. Boulerice, qui s'occupe de la campagne québécoise du NPD, organise une trentaine d'assemblées d'investiture dans les prochaines semaines et compte bien présenter 78 candidats au Québec.

«Je ne pense pas (que M. Nantel) a plus de chance d'être élu comme député avec le Parti vert en ce moment», a-t-il dit, soulignant qu'à son avis, «les propositions en environnement du NPD sont supérieures (...) à celles du Parti vert».