Lorsqu’il n’y a pas de médecin dans un CHSLD, l’établissement n’a d’autre choix que de transférer un patient à l’hôpital si sa condition est instable et requiert des soins de médicaux, explique la porte-parole du CIUSSS de la Capitale-Nationale Karine Primard.
Lorsqu’il n’y a pas de médecin dans un CHSLD, l’établissement n’a d’autre choix que de transférer un patient à l’hôpital si sa condition est instable et requiert des soins de médicaux, explique la porte-parole du CIUSSS de la Capitale-Nationale Karine Primard.

Mourir à l’hôpital, faute de médecins dans les CHSLD

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
Faute de médecins dans les CHSLD, des patients en fin de vie doivent être transférés à l’hôpital pour y mourir, dénonce un omnipraticien de Québec.