«D'aucuns s'interrogent si le but que je me suis fixé signifie que je serai candidat à un mandat électoral. Je ne le suis pas», a affirmé Mark Zuckerberg dans son message publié sur... Facebook. 

Zuckerberg nie être en campagne électorale

Le jeune fondateur de Facebook Mark Zuckerberg a entamé une tournée aux États-Unis pour être à l'écoute des «espoirs et problèmes» des Américains, faisant furieusement penser à une campagne électorale. Mais il dément briguer un mandat.
Mark Zuckerberg, qui à 33 ans est à la tête du plus grand réseau social du monde et d'une fortune estimée à prêt de 62 milliards $, a publié récemment les images de son périple au Rhode Island ou encore dans le Maine en compagnie de son épouse Priscilla, alimentant les spéculations sur une possible candidature à la présidentielle.
«Mon objectif cette année est de visiter chaque État (fédéré) dans lequel je n'ai pas passé du temps pour m'informer des espoirs et des problèmes des gens, et savoir comment ils pensent leur travail et leurs communautés», a-t-il écrit dimanche sur sa page Facebook.
«D'aucuns s'interrogent si le but que je me suis fixé signifie que je serai candidat à un mandat électoral. Je ne le suis pas», a-t-il affirmé, expliquant qu'il veut comprendre comment mieux user de sa fortune qu'il a en partie dédiée à la philanthropie.
Dans le billet publié dimanche, Mark Zuckerberg explique avoir rencontré d'anciens toxicomanes, des jeunes délinquants incarcérés ou encore des responsables de communautés défavorisées.
De ces rencontres, Mark Zuckerberg affirme avoir appris que «nos relations nous façonnent plus que nous ne le pensons» et que les réseaux sociaux - en ligne ou non - sont important.