Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson a espéré que l'absence d'essais balistiques ou nucléaires signalait la volonté du régime de Kim Jong-Un d'entamer des pourparlers directs avec Washington, «à un moment donné dans un futur proche».

Washington accentue la pression sur Pyongyang

Les États-Unis ont pris mardi de nouvelles sanctions commerciales pour accentuer la pression sur la Corée du Nord tout en saluant la récente «retenue» de Pyongyang, considérée comme un possible premier pas vers de futures négociations dans le dossier nucléaire.
La diplomatie américaine a manié dans la même journée la carotte et le bâton.
Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson a ainsi tenu à profiter d'une conférence de presse sur la stratégie des États-Unis en Afghanistan pour expressément tenir un discours d'apaisement, après l'escalade de juillet-août. Bien loin du «feu» et de la «colère» promis il y a seulement deux semaines par le président américain Donald Trump si la Corée du Nord continuait à menacer l'Amérique avec ses ambitions nucléaires.
«Je suis content de voir que le régime de Pyongyang a montré un certain niveau de retenue que nous n'avions pas vu par le passé», depuis l'adoption d'une résolution de l'ONU sur de nouvelles sanctions draconiennes, a-t-il noté.
Il a espéré que l'absence d'essais balistiques ou nucléaires signalait la volonté du régime de Kim Jong-Un d'entamer des pourparlers directs avec Washington, «à un moment donné dans un futur proche». «Il faut qu'ils en fassent davantage, mais je tiens à souligner les gestes qu'ils ont faits jusque-là. Je crois que c'est important de le souligner», a insisté le chef de la diplomatie américaine, qui s'est déjà montré ouvert par le passé à des négociations à condition qu'elles portent sur la dénucléarisation de la Corée du Nord - dont Kim Jong-Un ne veut pas entendre parler.
Ce message positif intervient juste après de nouvelles sanctions du Trésor américain, qui a désigné mardi dix entreprises et six individus, Chinois et Russes, accusés d'apporter leur aide financière à la Corée du Nord en important notamment du charbon.
«Le département du Trésor continuera d'accroître sa pression sur la Corée du Nord en visant ceux qui soutiennent le développement des programmes nucléaire et balistique et en les isolant du système financier américain», a prévenu le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin.