Les employés du Walmart Gateway West à El Paso, au Texas, se sont rassemblés au moment de l’ouverture des portes, jeudi matin. Le magasin avait été frappé par un effroyable drame, il y a trois mois.

Walmart rouvre un hypermarché du Texas endeuillé en août par une fusillade

NEW YORK — Le géant américain de la distribution Walmart a rouvert jeudi son hypermarché d’El Paso au Texas, théâtre d’une fusillade le 3 août ayant coûté la vie à 22 personnes.

«C’est un jour très important pour nous», a déclaré John Furner, le nouveau patron de Walmart aux États-Unis, lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes. «Nos employés sont prêts à retourner au travail et à servir les clients. Nous n’oublierons jamais ce qui s’est passé».

Le groupe a expliqué avoir pris la décision de rouvrir l’hypermarché, où travaillaient environ 375 personnes, après avoir discuté avec les riverains.

«Cela fait partie du processus de guérison», a dit M. Furner.

Le 3 août, un homme blanc de 21 ans ouvrait le feu dans ce magasin, un des plus fréquentés de Walmart aux États-Unis, à quelques mètres de la frontière avec le Mexique. Vingt-deux personnes avaient été tuées.

Dans un manifeste mis en ligne avant l’attaque, l’assaillant avait dénoncé une «invasion hispanique du Texas» puis avait admis en garde à vue avoir voulu s’en prendre à des «Mexicains».

Il a été inculpé en septembre pour assassinats et encourt la peine capitale ou la prison à vie.

Quelques heures après la fusillade d’El Paso, un autre tireur avait ouvert le feu à Dayton, dans l’Ohio, tuant neuf personnes avant d’être abattu par la police.

Les deux drames ont rouvert le débat sur la prolifération des armes à feu aux États-Unis, régulièrement endeuillés par des tueries.

Sous pression, Walmart a décidé début septembre d’arrêter de vendre des munitions pour les fusils d’assaut semi-automatiques utilisant des munitions de calibre 5,56 (ou son équivalent .223), une fois que les stocks actuels seraient écoulés.

Le groupe a également demandé à ses clients de s’abstenir de déambuler dans ses enseignes avec des armes à feu à la vue de tous, dans les États où il est autorisé de les porter de manière visible.

Jeudi, Walmart a indiqué n’avoir pas observé «pour l’instant de réaction négative» à ces décisions.