Un policier patrouille dans un magasin pillé quelques heures plus tôt.

Une forte hausse du prix de l'essence déclenche des émeutes au Mexique

De violentes émeutes pendant lesquelles plusieurs établissements ont été pillés ont éclaté au cours des dernières heures au Mexique, en réaction à une augmentation soudaine du coût de l'essence.
Des manifestants continuent aussi à bloquer des autoroutes, à incendier des pneus et à occuper des stations d'essence, ce qui provoque des embouteillages et menace l'approvisionnement du pays en carburant.
Le regroupement national des détaillants mexicains a indiqué par voie de communiqué que 79 commerces ont été pillés dans le centre du Mexique, y compris dans la capitale, pendant que 170 autres étaient fermés ou assiégés par des manifestants.
Le communiqué précise que des établissements ont été pillés dans les États de Mexico, du Michoacán et d'Hidalgo, ainsi qu'à Mexico.
À Veracruz, le long de la côte du golfe du Mexique, 50 commerces - dont des dépanneurs, des supermarchés et des magasins à grande surface - ont été pillés, selon une enquête préliminaire de la chambre de commerce locale. Les gardes ont été submergés par une foule qui a emporté des vêtements, de la nourriture, des laveuses, des téléviseurs, des lecteurs DVD et des réfrigérateurs.
Davantage de policiers ont été déployés et une quinzaine de personnes arrêtées, selon le gouvernement local. Les gardes d'au moins un supermarché ont tiré des coups de semonce pour disperser les pillards.
Le président Enrique Peña Nieto s'était adressé aux Mexicains mercredi pour défendre sa déréglementation du coût de l'essence, qui s'est traduite par des augmentations pouvant atteindre 20 pour cent pendant la fin de semaine. Le gouvernement prétend que les subventions qui abaissaient le coût du carburant favorisaient injustement les Mexicains les mieux nantis.
Un litre d'essence coûte maintenant environ 90 cents US au Mexique, alors que le salaire minimum a récemment été haussé à 4 $ US par jour. M. Peña Nieto a promis de venir en aide aux chauffeurs d'autobus et de taxis, ainsi qu'aux camionneurs.
Le géant pétrolier Pemex a prévenu mardi que ses raffineries sont assiégées dans les États de Chihuahua, de Morelos et de Durango, ce qui l'empêche de ravitailler les stations d'essence dans ces régions.