Christina a été enlevée par des djihadistes du groupe État islamique alors qu'elle était âgée de trois ans.

Une fillette enlevée par l'EI retrouve les siens trois ans plus tard

Des cris de joie emplissent une maison en préfabriqué d'un camp de déplacés dans le nord de l'Irak : Christina, une fillette enlevée il y a trois ans par le groupe djihadiste État islamique (EI) vient de retrouver ses parents.
Christina, entourée de ses parents
«C'est un miracle de voir ma fille», s'émerveille Aida, la mère de Christina. «J'étais choquée [en la voyant] car elle a tellement changé», ajoute-t-elle.
À ses côtés, la fillette de six ans, vêtue d'une robe multicolore et les cheveux noués en tresse, s'amuse à farfouiller dans des sacs d'habits, à côté de ses proches.
Il y a trois ans, la famille Ezzo Obada, de confession chrétienne, avait dû fuir sa ville de Qaraqosh, ville du nord de l'Irak située entre Erbil et Mossoul, face à l'avancée fulgurante des djihadistes de l'EI.
Ils étaient dans un bus remplis de déplacés comme eux quand les djihadistes ont arraché Christina qui avait trois ans à l'époque.
Sa mère est restée sans nouvelle d'elle durant cinq mois, puis a fini par apprendre que sa fille vivait dans une famille de douze personnes dans le quartier Tenek, dans la partie ouest de Mossoul, deuxième ville d'Irak devenue le bastion de l'EI.
Étrange retour
L'espoir de revoir sa fillette s'est fait plus vif avec le lancement en octobre dernier de la bataille pour reprendre Mossoul. Fin janvier, les forces irakiennes ont reconquis la partie orientale de la ville et elles luttent depuis février pour chasser les djihadistes de l'ouest.
La famille avec qui vivait Christina a réussi à fuir Mossoul récemment et jeudi soir, le frère de Christina, Elias, a reçu un coup de téléphone lui demandant de venir récupérer sa soeur.
La famille qui avait «adopté» la fillette, lui a raconté avoir trouvé Christina il y a plus de deux ans, toute seule et en pleurs devant une mosquée. Ils avaient alors décidé de prendre soin d'elle.
Pour la fillette, le retour dans sa famille d'origine est une chose étrange.
«Elle ne se souvient plus de rien, elle a l'habitude d'être avec l'autre famille», explique à l'AFP sa mère. «Nous allons essayer de raviver ses souvenirs et de lui rappeler que je suis sa vraie mère», ajoute-t-elle.
Plus de 120 000 chrétiens d'Irak ont dû quitter leur foyer quand les combattants de l'EI se sont emparés de vastes portions de territoire dans le nord du pays en 2014.
«Nous remercions Dieu qu'il ait sauvé» Christina de l'EI, s'exclame son père, aveugle, Khodr. Je vais prier pour elle chaque jour».