Alexandre Jardin

Un «zèbre» candidat à la présidence

L'écrivain Alexandre Jardin a révélé samedi qu'il serait candidat à la présidentielle française de 2017.
Sur les ondes de Franceinfo, il a dit qu'il serait le candidat de l'Appel des mouvements citoyens. Il a soutenu que le plus important n'était pas sa candidature, mais la volonté de «redonner du pouvoir aux gens».
En France, «le citoyen n'existe plus, les territoires n'existent plus dans le débat politique. [...] Ce sont les partis centralisateurs [...] que l'on entend, c'est la technocratie parisienne qui s'exprime».
Alexandre Jardin a fondé il y a trois ans le mouvement citoyen Bleu blanc zèbre, qui invite la société civile à «se prendre en main». Composé de «zèbres», il s'adresse aux «faizeux» qui agissent de façon concrète pour résoudre toutes sortes de problèmes (emploi, mobilité, logement, etc.).
Le 8 septembre, Alexandre Jardin a lancé un mouvement appelé La Maison des citoyens, appelant à l'action des élus locaux et des citoyens. 
Selon le site Web, 145 «maisons» auraient été créées en quelques semaines.
Une publication sur la page Facebook du groupe appelle les citoyens à s'«ouvrir les yeux», faisant valoir que l'élection de Donald Trump et le Brexit confirment que «si nous n'organisons pas tout de suite une révolte positive, nous en aurons une négative».
Toutefois, la route est encore longue devant l'écrivain s'il veut voir son nom sur les bulletins de vote. Il devra notamment recueillir le parrainage d'au moins 500 élus venant de 30 départements ou collectivités d'outre-mer.
«Je ne suis pas porteur d'un contenu, mais d'un changement de méthode», a-t-il précisé, évoquant «une révolte de gens bienveillants, porteurs de valeurs altruistes».
Grand-père «collabo»
Alexandre Jardin, qui a fondé une bonne partie de son parcours littéraire sur des êtres hors normes du clan Jardin, fouillait en 2011, dans Des gens très bien, le passé de son grand-père, Jean Jardin. Celui-ci fut collaborateur de Pierre Laval, chef du gouvernement au moment de la rafle du Vélodrome d'hiver en juillet 1942, la plus grande arrestation massive de Juifs en France pendant la Seconde Guerre mondiale.
«Moi, le petit-fils de ''collabo'', je ne laisserai pas le pays à l'extrême droite. [...] Si le Front national accédait au pouvoir, et que je n'ai rien fait, j'en aurais tellement honte!» a-t-il déclaré au journal Le Monde en juin dernier.
Fils de l'écrivain et scénariste Pascal Jardin, diplômé de Sciences-Po, il a écrit son premier roman, Bille en tête, pendant ses études.
Jeudi, le président français, François Hollande, a annoncé qu'il ne présenterait pas sa candidature à la présidentielle de 2017. Il avait alors appelé les progressistes à l'unité contre le danger que pose à ses yeux le protectionnisme.
La primaire de la gauche doit s'amorcer en janvier. L'actuel premier ministre, Manuel Valls, envisagerait de présenter sa candidature.
Les sondages suggèrent que le candidat de droite, François Fillon, aurait de bonnes chances de l'emporter en 2017. Avec AFP