Plusieurs photos publiées sur l'application Instagram, dont l'icône de géolocalisation indique qu'elles ont été prises au club Lavelle, montrent des clients tenant un petit lionceau.

Un lionceau dans un resto inquiète les défenseurs d'animaux

Le service de protection des animaux de Toronto enquête après la publication de photos montrant un bébé lion dans un restaurant-lounge huppé du centre-ville de la métropole.
Plusieurs photos publiées sur l'application Instagram, dont l'icône de géolocalisation indique qu'elles ont été prises au club Lavelle, montrent des clients tenant un petit lionceau.
Camille Labchuk, qui dirige le groupe de défense des animaux Animal Justice, a expliqué avoir pris connaissance de l'existence de ces photos vendredi matin par l'entremise d'un militant dont un ami a vu les photos sur internet.
Elle dit avoir contacté les services animaliers de Toronto, qui lui ont répondu par courriel qu'ils enverraient un enquêteur sur place pour faire la lumière sur cette affaire.
Selon Mme Labchuk, il n'est pas rare que des animaux sauvages soient emmenés dans des fêtes à travers la ville.
Elle souligne que cette pratique nuit aux bien-être des animaux.
«Il est très dangereux d'avoir ces animaux sauvages, a-t-elle dit. Ils ne sont pas apprivoisés, ils ne sont pas domestiqués et ils ne sont pas comme des chats domestiques.»
Posséder un lion à Toronto est interdit par les règlements municipaux et les contrevenants sont passibles d'une amende pouvant aller jusqu'à 5000 $.
Les responsables du club Lavelle n'étaient pas disponibles pour commenter l'information, samedi.