La première dame des États-Unis, Melania Trump

Un journal britannique s’excuse et dédommage Melania Trump

LONDRES — Le journal britannique The Telegraph a présenté ses excuses et a dédommagé la première dame des États-Unis, Melania Trump, après avoir publié un article à son sujet contenant plusieurs faussetés.

Le quotidien a annoncé samedi qu’il s’excusait «sans réserve» à Mme Trump et à sa famille pour tout embarras occasionné par un article publié le 19 janvier dans son supplément hebdomadaire.

«En signe de regret, nous avons accepté de verser à Mme Trump des dommages-intérêts substantiels ainsi que ses frais juridiques», a déclaré le journal, sans toutefois préciser la somme convenue.

Le Telegraph reconnaît avoir faussement caractérisé la personnalité du père de Mme Trump, avoir fourni des raisons erronées pour son départ d’un programme d’architecture et avoir prétendu à tort que sa carrière de mannequin était languissante avant sa rencontre avec Donald Trump.

«Nous admettons que Mme Trump était une mannequin professionnelle à part entière avant de rencontrer son mari et qu’elle obtenait du travail sans son aide», a déclaré The Telegraph, qui avait également mal situé l’année de leur rencontre.

«L’affirmation selon laquelle Mme Trump a pleuré le soir de l’élection est également fausse», a-t-on admis.

Le journal a également rétracté la déclaration selon laquelle le père, la mère et la sœur de Mme Trump avaient déménagé à New York en 2005 pour vivre dans des immeubles appartenant à Donald Trump.

The Telegraph est l’un des principaux journaux de grand format britanniques et s’aligne traditionnellement sur le Parti conservateur.

Il ne s’agit pas de la première fois que Mme Trump conteste avec succès la presse britannique. Elle a obtenu des dommages-intérêts et des excuses du Daily Mail en 2017 après avoir intenté une action en diffamation contre le populaire tabloïd.