Reinhold Hanning, 94 ans, est jugé depuis février pour complicité dans la mort d'au moins 170000 personnes.

Un gardien d'Auschwitz s'excuse 70 ans après

Un ancien gardien d'Auschwitz jugé en Allemagne a évoqué vendredi, pour la première fois depuis la fin de la guerre, son passé dans ce camp d'extermination, se disant «sincèrement désolé».
«J'ai honte d'avoir laissé cette injustice se produire et de ne rien avoir fait pour l'empêcher [...] Je suis sincèrement désolé», a déclaré Reinhold Hanning, aujourd'hui âgé de 94 ans, devant le tribunal de Detmold, où il est jugé depuis le 11 février pour complicité dans la mort d'au moins 170000 personnes entre janvier 1943 et juin 1944.
Cet homme n'avait jamais évoqué jusqu'ici, même auprès de ses proches, son affectation dans ce funeste camp situé en Pologne, symbole le plus tristement connu de la machine de mort nazie.
Un peu plus de 70 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale et la libération des camps nazis, l'ancien SS a aussi confié dans un texte, lu par ses avocats à l'audience, n'avoir «jamais pu parler de son expérience à Auschwitz avec d'autres personnes. Ni à ma femme, ni à mes enfants, ni à mes petits-enfants.»
Reinhold Hanning encourt une peine de 3 à 15 ans de prison, une menace essentiellement symbolique vu son âge.
«Personne n'a jamais su dans ma famille que j'ai été à Auschwitz. Je ne pouvais simplement pas en parler», écrit-il également dans ce document de 22 pages dans lequel il reconnaît avoir eu connaissance des meurtres de masses perpétrés dans ce camp.
«J'ai essayé toute ma vie de refouler cette époque. Auschwitz a été un cauchemar. J'aurais souhaité ne jamais y avoir été», conclut Reinhold Hanning.