Avec son long cou, sa longue queue, son grand corps et sa tête minuscule, ce sauropode est estimé entre 1,2 et 1,8 million d’euros (entre 1,8 et 2,7 millions $CAN) par la maison d’enchères française Aguttes, qui a réalisé plusieurs ventes de dinosaures ces dernières années.

Un cousin du Diplodocus dans un hôtel parisien avant sa vente

PARIS — Sa longue silhouette domine les tables d’un salon de réception: «Skinny», un fossile de grand dinosaure herbivore, cousin du Diplodocus, s’affiche dans un hôtel de luxe parisien avant sa vente aux enchères le 13 juin.

Ce squelette du Jurassique, vieux de 150 millions d’années, mesure 13 mètres de long et 6,20 mètres de haut. Posé sur un socle rouge vif, il est juché sur ses pattes arrière, en position défensive, et sa tête flirte avec la verrière de l’ex-Grand hôtel devenu l’InterContinental Paris-Le Grand.

Avec son long cou, sa longue queue, son grand corps et sa tête minuscule, ce sauropode est estimé entre 1,2 et 1,8 million d’euros (entre 1,8 et 2,7 millions $CAN) par la maison d’enchères française Aguttes, qui a réalisé plusieurs ventes de dinosaures ces dernières années.

Selon un rapport établi par plusieurs paléontologues, le fossile serait un sauropode de la famille des Diplodocidae, appartenant «à un nouveau genre et à une nouvelle espèce», déclare à l’AFP Éric Mickeler, expert en paléontologie chargé de préparer la vente.

«Skinny est probablement le spécimen de Diplodocidae le plus important découvert depuis la fin du XIXe siècle», considère Eric Mickeler.

Mis au jour en 2012 au Wyoming, ce squelette est «extrêmement complet», avec plus de 90 % d’os d’origine. «Le crâne est incroyable»: il est complet à 70 %, ce qui est exceptionnel pour cette famille de dinosaures au petit crâne fin, poursuit-il.

+

Pour l’exposition au public, une tête en résine remplace le crâne original, exposé pour sa part dans une vitrine au pied du dinosaure.

En outre, Skinny présente des fragments de peau fossilisée en plusieurs endroits du corps, ce qui est rare. «Skinny sera un merveilleux sujet d’étude scientifique», relève l’expert.

Après avoir été exposé deux mois à l’aéroport de Londres Heathrow, Skinny a été démonté. Ses 500 kg d’os fossilisés ont été rangés dans des caisses avant de rejoindre Paris en camion, via le tunnel sous la Manche.

«Formidables ambassadeurs»

Dans la nuit de mercredi à jeudi, une entreprise spécialisée a assemblé pendant huit heures les différentes pièces du puzzle (plus de 150 os...) sur une structure en inox, dans le salon de l’hôtel.

Pour l’exposition au public, une tête en résine remplace le crâne original, exposé pour sa part dans une vitrine au pied du dinosaure. «Il est trop précieux scientifiquement et financièrement pour qu’on prenne le risque de le poser tout là-haut», souligne l’expert.

Mais comment expliquer le très bon état de conservation du fossile? «Le dinosaure semble avoir été victime d’une catastrophe naturelle». Sa peau ne s’est pas tellement décomposée, ce qui laisse à penser qu’elle s’est trouvée privée d’oxygène, suggérant «un enfouissement rapide». Skinny «a peut-être été pris dans une coulée de boue».

Il a été trouvé dans un ranch privé situé sur la vaste formation de Morrison, datant du Jurassique supérieur et riche en fossiles de dinosaures.

«Vendre un dinosaure est plus risqué que de vendre un tableau», car «ce sont des objets scientifiques qui sortent de l’ordinaire», reconnaît le commissaire-priseur Claude Aguttes, qui se plaît à organiser des ventes qui «lui apprennent quelque chose».

+

Il y a un an, à la tour Eiffel, la maison d’enchères a vendu pour plus de 2 millions d’euros (plus de 3 millions $CAN) une nouvelle espèce de dinosaure carnivore cousin de l’Allosaure.

Il a été prêté par son acquéreur, un entrepreneur, à l’Institut Royal des sciences naturelles de Belgique à Bruxelles qui l’a étudié et l’expose désormais au public.

«Ce sont souvent des entrepreneurs qui achètent ces dinosaures», déclare le commissaire-priseur. Ces fossiles sont de «formidables ambassadeurs» pour la société qui en fait l’acquisition.

Le record de prix pour un dinosaure remonte à 1997. La maison Sotheby’s à New York, avait vendu 8,4 millions de dollars un Tyrannosaurus Rex complet, «Sue» de son petit nom.