Quatre hélicoptère américains Apache se sont envolés vers le village d'al-Kabour pour y mener une attaque contre l'EI. 

Un commando américain frappe «avec succès» l'EI en Syrie

La coalition dirigée par les États-Unis a tué dimanche 25 djihadistes (chiffre contesté par le Pentagone) du groupe État Islamique (EI) lors d'une rare opération commando au sol dans l'est de la Syrie, selon une ONG et un responsable d'une alliance arabo-kurde luttant contre l'EI.
La coalition internationale antidjihadistes a affirmé dans un courrier électronique à l'AFP qu'une «opération a été menée dans cette zone», sans donner aucune autre précision.
«Quatre hélicoptères de la coalition internationale dirigée par les États-Unis ont mené dimanche midi une opération commando au sol pendant deux heures dans le village d'al-Koubar dans la province de Deir Ezzor (est)», a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG disposant d'un vaste réseau de sources dans la Syrie en guerre.
D'après l'OSDH, le commando a tué au total 25 membres de l'EI: 14 djihadistes à bord d'une voiture visée par la force spéciale et 11 autres dans une attaque contre une station d'épuration contrôlée par l'EI dans ce village où de violents combats se sont déroulés.
La coalition internationale, qui comprend entre autres les États-Unis et la France, mène depuis l'été 2014 des frappes aériennes contre l'EI en Irak et en Syrie mais dirige rarement des opérations au sol.
«Quatre hélicoptères Apache, en plus de deux hélicoptères chargés de leur sécurité, ont atterri dans le village d'al-Koubar», situé à 40 km à l'ouest de la ville de Deir Ezzor, a précisé de son côté à l'AFP un responsable au sein des Forces démocratiques syrienne (FDS), une alliance arabo-kurde soutenue par Washington et qui lutte contre l'EI.
Le Pentagone tempère le bilan
Le Pentagone a de son côté tempéré les informations véhiculées par l'OSDH à l'AFP. Celui-ci a toutefois refusé de donner des détails sur l'opération, se bornant à juger «très exagéré» le bilan de 25 tués chez les djihadistes avancé plus tôt. 
Le bilan est «d'un ordre de grandeur inférieur», a indiqué le capitaine Jeff Davis, porte-parole du Pentagone.
Celui-ci a précisé que l'opération avait été conduite par l'unité américaine de forces spéciales chargées de traquer les chefs jihadistes (ETF, expeditionary targetting force).
Le but de ce genre de raid n'était pas seulement d'éliminer des djihadistes, il est aussi de recueillir du renseignement pour mener ensuite de futures opérations, a-t-il ajouté.