Le camion volé a percuté des voitures arrêtées à un feu rouge à Limburg, lundi, à l’heure de pointe.

Un camion volé percute plusieurs voitures en Allemagne

BERLIN — Un homme au volant d’un camion volé a percuté plusieurs voitures lundi soir à Limburg, dans l’ouest de l’Allemagne, faisant plusieurs blessés avant d’être arrêté, a annoncé la police, qui n’exclut aucune piste.

«Selon les premières constatations et plusieurs témoignages», un homme s’est emparé vers 17h20 heure locale d’un poids lourd et, après un court trajet, a embouti plusieurs voitures à la hauteur du palais de justice, a expliqué la police dans un communiqué.

Légèrement blessé, le conducteur a été interpellé, pendant que «plusieurs blessés» ont été conduits à l’hôpital, a-t-elle ajouté.

L’agence de presse allemande DPA évoque de son côté 16 blessés dont un «dans un état critique», citant un porte-parole de la police régionale, tandis que le quotidien local Frankfurter Neue Presse indique que six personnes ont été hospitalisées et onze blessés légers ont pu rentrer chez eux.

Les enquêteurs manquent pour l’instant d’«éléments suffisants sur le contexte» de cette collision, en centre-ville à l’heure de pointe. Ils poursuivent l’audition des témoins et le relevé des empreintes, selon leur communiqué, pendant qu’un hélicoptère survole la zone. «Nous n’excluons absolument rien», a encore dit le porte-parole cité par DPA, interrogé sur l’éventualité d’une attaque terroriste dans cette ville de 35 000 habitants située non loin de Francfort, la capitale financière de l’Allemagne.

Cité par le Frankfurter Neue Presse, le chauffeur habituel du camion explique avoir vu un homme d’une trentaine d’années, barbu avec des cheveux ras, le regard «fixe et peut-être sous l’influence de la drogue» ouvrir la porte de son véhicule et le tirer hors de l’engin sans dire un mot.

Après la collision survenue quelques centaines de mètres plus loin, le suspect a d’abord été appréhendé par un groupe de joggeurs, le nez et les mains en sang et le pantalon déchiré, ont raconté des témoins au quotidien.

«Allah»

Selon une employée dont le bureau donne sur les lieux, il a expliqué avoir «mal partout» et a dit s’appeler Mohammed. D’après d’autres personnes qui l’ont d’abord entouré, il a plusieurs fois prononcé le mot «Allah», ce qui a incité le petit groupe à le retenir, explique le Frankfurter Neue Presse. La police n’a confirmé aucun de ces éléments.

«Pas de conjectures, s’il vous plaît», a martelé la direction régionale de la police dans plusieurs tweets, appelant tous les témoins et détenteurs de photos et vidéos utiles à l’enquête de se manifester.