Donald Trump agite un drapeau de l'État du Texas devant ses partisans.

Trump se pose en rassembleur face à Harvey

Drapeau du Texas en main, Donald Trump a mis en avant mardi la coopération entre autorités fédérales et locales face aux inondations causées par la tempête Harvey, se posant en rassembleur face à cette catastrophe d'une ampleur historique.
Casquette «USA» vissée sur le crâne, le président américain a salué, depuis la ville de Corpus Christi, la coordination de l'action d'urgence menée par son gouvernement et les autorités du grand Etat du Sud, face à la montée des eaux qui a selon lui «pris une dimension épique».
«Dans cinq ou dix ans, on veut pouvoir entendre dire qu'on a agi comme il le fallait», a-t-il déclaré, en vantant l'esprit "d'équipe" régnant sur les opérations de sauvetage en cours, mais sans jamais mentionner le sort des victimes ou des personnes déplacées.
Selon les autorités, la tempête, qui menace à présent la Louisiane voisine, a causé la mort directement ou indirectement d'au moins dix personnes. Houston, la métropole au coeur de la catastrophe, demeure sous la menace constante de la montée des eaux.
«Nous sommes encore largement dans la phase de réponse d'urgence, où préserver des vies et assurer la sécurité des habitants est une priorité», a souligné un haut responsable de l'Agence fédérale des situations d'urgence (FEMA).
En témoignait l'ordre d'évacuation d'urgence émis par le comté de Brazoria, au sud de Houston, en raison de brèches apparues dans une digue. «La digue de Columbia Lakes a été percée!!», ont annoncé les édiles locaux sur leur compte Twitter. «Partez immédiatement!!».
Quelle foule!
Lors d'un bref arrêt devant une caserne de pompiers de Corpus Christi, le président américain s'est emparé d'un micro avant de s'adresser à la foule: «Nous vous aimons, nous sommes ici pour nous occuper de vous!».
«Quelle foule!», a-t-il ajouté de manière surprenante, comme s'il s'agissait d'un rassemblement politique.
Si la plupart des personnes présentes étaient des soutiens, quelques voix discordantes se faisaient entendre: "Menteur, tricheur, raciste", pouvait-on lire sur l'une des pancartes brandies dans la foule.
Le président était accompagné de la «First Lady» Melania Trump, qui avait été raillée plus tôt sur les réseaux sociaux, en embarquant vers la région inondée avec des talons aiguilles et des lunettes de soleil d'aviateur, malgré le temps pluvieux. Mme Trump a finalement troqué ses escarpins pour des chaussures de sport.
Dans le comté de Winnie, dans le sud-est du Texas, la pluie redoublait d'intensité mardi en milieu de journée, selon une journaliste de l'AFP sur place. La zone était isolée, la principale autoroute étant fermée dans les deux sens, le niveau des eaux continuant à monter.
Certains des sinistrés confiaient leur satisfaction de voir le président Trump se rendre dans leur Etat qui vote républicain.
«Nous sommes des fans de Trump. J'ai confiance dans le fait qu'il va s'occuper de nous, il l'a dit alors je suis sûre qu'il va le faire», déclarait Darla Fitzgerald, une infirmière de 58 ans hébergée dans un centre d'accueil de la Croix-Rouge.
Loin d'être fini
Houston est la quatrième ville du pays avec 2,3 millions d'habitants et son agglomération compte plus de 6 millions d'habitants. Et le pic des inondations ne devrait être atteint que mercredi ou jeudi.
Le coeur de la tempête doit remonter vers le nord-est mercredi, frappant le sud-ouest de la Louisiane où M. Trump a déclaré lundi l'état d'urgence.
Après avoir touché la côte texane dans la nuit de vendredi à samedi, l'ouragan de catégorie 4 avait été rétrogradé en tempête tropicale.
De nombreuses familles restent bloquées ou s'entassent dans des abris. Routes et autoroutes sont inondées, comme de nombreuses maisons, avec des lignes électriques coupées.
Des dizaines de milliers de milliards de litres d'eau se sont déversés, et ce n'est pas fini. Le record absolu a été enregistré sur un site au sud-est de Houston: de vendredi midi à mardi 09H20, il y est tombé 125 cm de pluie, a annoncé mardi le National Weather Service.
Les autorités craignent de découvrir plusieurs corps dans les bâtiments inondés de Houston, quatrième plus grande ville des États-Unis.
La Croix-Rouge américaine a indiqué mardi matin avoir pris en charge dans la nuit de lundi à mardi plus de 17 000 personnes.
L'agence fédérale des situations d'urgence (Fema) a de son côté confié s'attendre à devoir abriter 30 000 personnes dans des centres d'accueil temporaires.
Jusqu'à 450 000 personnes pourraient avoir besoin d'aide d'urgence, selon le directeur de la Fema.
«Nous anticipons que jusqu'à un demi-million de personnes au Texas soient éligibles ou demandent un secours financier», a déclaré le vice-président Mike Pence à la radio KHOU de Houston.
«Nous savons que c'est loin d'être fini».