(FILES) This file photo taken on January 22, 2017 shows US President Donald Trump (L) congratulating Senior Counselor to the President Stephen Bannon during the swearing-in of senior staff in the East Room of the White House on January 22, 2017 in Washington, DC.Steve Bannon, President Donald Trump's chief strategist, has lost his seat on the powerful National Security Council on April 05, 2017 in an apparent high-level shakeup, a US official confirmed. / AFP PHOTO / MANDEL NGAN

Trump remercie Bannon pour ses services

Le président américain Donald Trump a remercié samedi pour ses services Steve Bannon, son ex-conseiller controversé et grand allié dans la dernière ligne droite de la campagne présidentielle congédié la veille.
«Je veux remercier Steve Bannon pour ses services. Il a rejoint la campagne pendant ma candidature contre Hillary Clinton la crapule. Ca a été formidable! Merci S», a écrit Donald Trump sur Twitter samedi matin.
La Maison Blanche a annoncé sèchement vendredi le départ de Steve Bannon, après plusieurs jours d'une profonde polémique provoquée par l'ambiguïté du président sur les responsabilités derrière les violences racistes ayant secoué Charlottesville le 12 août.
Proche de l'«Alt-right», mouvance de l'extrême droite américaine, Steve Bannon, âgé de 63 ans, occupait le poste de conseiller stratégique au sein d'une Maison Blanche agitée par de profondes divisions. Il avait rejoint l'équipe de campagne de Donald Trump en août 2016, inspirant au candidat républicain de nombreux positionnements nationalistes et anti-establishment.
Ponctuant l'une des semaines les plus difficiles pour la présidence Trump, son départ envoie un message aux nombreux élus républicains exaspérés par les provocations de celui qui promettait l'avènement d'un «nouvel ordre politique» et souligne la volonté de mettre fin aux dissonances internes du nouveau secrétaire général de la Maison-Blanche, le général à la retraite des Marines, John Kelly.
Steve Bannon a repris dès vendredi ses fonctions de président exécutif au sein de Breitbart News, site d'information proche de l'extrême droite, affirmant qu'il partait «au combat pour Trump et contre ses opposants».