Dans l'océan Arctique au large de l'Alaska, Barack Obama a interdit, de manière permanente, tout nouveau forage sur un peu plus de 50 millions d'hectares. De son côté, le Canada a annoncé l'interdiction de manière permanente de tout nouveau forage de pétrole ou de gaz dans les eaux canadiennes de l'Arctique, avec une révision prévue tous les cinq ans.

Trump ouvre la voie au forage dans l'océan Arctique

Le président Donald Trump a signé un décret, vendredi, ouvrant la voie à plus de forages dans les océans Arctique et Atlantique, un geste portant atteinte aux politiques environnementales de son prédécesseur, Barack Obama.
À plus d'une journée à faire avant d'atteindre ses 100 premiers jours en poste, le président américain a autorisé un décret qui consiste à revoir les zones fédérales où sont permis les forages en mer, pouvant ainsi mener à une plus grande exploration et exploitation pétrolière et gazière.
Donald Trump avait promis une plus grande exploitation des ressources, afin de réduire les importations de pétrole et créer des emplois, ignorant les critiques virulentes des écologistes.
«Ce décret infirme l'interdiction de forages en Arctique de l'administration précédente et permet au secrétaire de l'Intérieur, Ryan Zinke, d'accepter un développement responsable qui rapportera des revenus à l'État et des emplois pour nos travailleurs», a dit Donald Trump, lors de la signature du décret à la Maison-Blanche.
En décembre, Barack Obama avait interdit les forages de pétrole et de gaz dans les eaux de l'océan Arctique appartenant aux États-Unis, ainsi que pour certaines zones de l'océan Atlantique.
Le décret de vendredi annule cette décision de l'administration Obama.
Il pourrait aussi mener à de nouveaux projets d'exploration pétrolière et gazière sur les côtes de la Virginie, de la Caroline du Nord et de la Caroline du Sud, des endroits où le forage en mer est interdit depuis des décennies.
Il pourrait également ouvrir la porte à de l'exploration sismique par les entreprises pour répertorier les sites de forages potentiels dans l'océan Atlantique.
Pression de l'industrie
L'industrie pétrolière fait pression depuis un bon moment pour obtenir du forage en Atlantique et promet que l'exploration sera sûre, appliquant les leçons tirées du déversement de pétrole de l'entreprise BP dans le golfe du Mexique, en 2010.
Plusieurs politiciens des États de la côte Est appuient le forage en mer, mais les secteurs de la pêche et du tourisme, ainsi que l'armée américaine se sont opposés à l'idée. L'armée a déjà déclaré que le forage au large de l'Atlantique pourrait nuire aux manoeuvres militaires.
Du New Jersey à la Floride, on recense plus de 120 villes côtières ayant adopté des résolutions interdisant les forages en mer et les essais sismiques.
Selon le secrétaire Zinke, la révision commandée par le président Trump prendra quelques années. Pendant cette période, le plan prévu par le gouvernement de Barack Obama demeurera en vigueur.