Neil Gorsuch devient le plus jeune juge nommé à la Cour suprême en 25 ans.

Trump nomme son premier juge à la Cour suprême

Donald Trump a célébré lundi sa plus belle réussite intérieure depuis le début de sa présidence en accueillant à la Maison-Blanche le juge Neil Gorsuch, dont la confirmation à la Cour suprême redonne le goût de la victoire aux républicains.
Le magistrat de 49 ans a prêté serment dans la roseraie à l'extérieur du Bureau ovale, sa dernière étape avant de siéger au temple du droit américain, qu'il va faire pencher du côté conservateur.
«Nous sommes réunis ici pour un moment historique», a lancé le président Trump qui, en réussissant à imposer le juge Gorsuch, sait qu'il a contenté des millions d'électeurs de la droite américaine, dont certains avaient voté pour lui uniquement dans cet objectif.
«Un nouveau vent d'optimisme traverse notre pays et une foi renforcée dans l'Amérique remplit nos coeurs», a poursuivi M. Trump, en rendant hommage à «l'intégrité incontestable» du magistrat.
Celui-ci va pouvoir rapidement peser sur la jurisprudence dans le sens souhaité par les religieux traditionalistes, les militants des armes à feu, les opposants à l'avortement ou certains puissants intérêts financiers.
M. Trump s'est auto-félicité d'avoir réussi à confirmer Neil Gorsuch dans les cent premiers jours de sa présidence, une période au cours de laquelle le chef de l'exécutif a au contraire essuyé de cuisants revers sur sa réforme de l'assurance maladie et son décret anti-immigration.
Longue bataille
Neil Gorsuch pourra siéger dès la semaine prochaine. Il remplace le pilier conservateur Antonin Scalia, décédé en février 2016. La cour est actuellement composée de quatre magistrats conservateurs et quatre progressistes, dont trois femmes.
Dans un pays extrêmement polarisé politiquement, la confirmation de M. Gorsuch a fait l'objet d'une âpre bataille, qui a fait voler en éclats une règle historique du Sénat imposant une majorité qualifiée pour permettre le vote.
Cet affrontement idéologique a duré 14 mois, les républicains refusant tout au long de 2016 d'accorder une audience au juge Merrick Garland, nommé par Barack Obama pour remplacer M. Scalia.
Cette tactique controversée s'est soldée au final par une victoire majeure pour Donald Trump et pour le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell.