Le candidat républicain Donald Trump a fait part de ses ambitions à propos de la sécurité nationale, mercredi, à Philadelphie.

Trump dévoile son plan pour la sécurité

Le candidat républicain à la présidentielle américaine, Donald Trump, a dévoilé, mercredi, un plan prévoyant l'injection de dizaines de milliards de dollars supplémentaires dans le budget militaire des États-Unis et une augmentation importante du nombre de troupes actives, de navires, de sous-marins et d'avions-chasseurs.
L'annonce de ce plan survient alors que l'homme d'affaires new-yorkais tente de convaincre les sceptiques des deux partis qu'il est prêt à diriger l'armée la plus puissante au monde.
M. Trump, qui a parfois eu de la difficulté à prouver qu'il maîtrisait les enjeux de la politique étrangère, a aussi semblé reconnaître qu'il ne disposait pas pour le moment d'un plan précis concernant Daech (le groupe armé État islamique) et la cybersécurité.
Advenant sa victoire à l'élection de novembre, le milliardaire a déclaré qu'il donnerait 30 jours aux dirigeants militaires pour lui présenter un plan permettant de vaincre le groupe terroriste.
«Immédiatement après avoir pris mes fonctions, je demanderai à mes généraux de me présenter un plan sous 30 jours pour vaincre et détruire l'EI», a-t-il promis.
Il demanderait aussi aux chefs d'état-major d'effectuer un examen approfondi du système de défense des États-Unis en matière de cybersécurité afin d'en détecter les faiblesses, selon une fiche d'information distribuée par son équipe de campagne.
«Cela voudra dire une guerre classique, mais aussi une guerre sur Internet, une guerre financière et une guerre idéologique», a-t-il ajouté.
Forum télévisé
Donald Trump a fait ces révélations quelques heures avant que ses connaissances en matière de sécurité nationale ne soient mises à l'épreuve à l'occasion d'un forum diffusé par la chaîne américaine NBC mercredi soir. 
Donald Trump et Hillary Clinton partageaint mercredi soir le même plateau de télévision - mais pas au même moment - pour parler défense, le candidat républicain promettant de renforcer l'armée s'il accède à la Maison-Blanche.
Hillary Clinton
Les prétendants à la présidence devaient donner sur NBC leur vision du rôle d'un président américain «commandant en chef» (chef des armées), avant un premier vrai débat en face à face le 26 septembre.
Hillary Clinton a été la première à répondre aux questions des télé-spectateurs, parmi lesquels beaucoup d'anciens combattants d'Irak et d'Afghanistan.  Avec AFP