Donald Trump

Trump blâme la presse «dégoûtante»

La campagne de Donald Trump s'est attardée dimanche à de nouvelles salves contre les médias, blâmant une presse «dégoûtante» au terme d'une semaine de distractions au cours de laquelle des républicains ont exhorté - encore - le candidat à consacrer ses énergies contre la rivale démocrate Hillary Clinton.
Trump aura une nouvelle occasion de relancer sa campagne, lundi, alors qu'il devrait dévoiler son plan pour vaincre ce que son colistier Mike Pence a qualifié dimanche de «terrorisme islamique radical», avec des idées concrètes pour rendre les États-Unis plus sûrs.
Mais le candidat républicain a mis la table avec de nouvelles récriminations concernant la plus récente semaine désastreuse de couverture médiatique et les informations ayant circulé sur les problèmes d'organisation de la campagne. M. Trump a semblé n'attribuer aucun blâme à ses propres propos sur l'appel à l'action des défenseurs du port d'armes contre Mme Clinton, ou sur le fait que le président Barack Obama aurait «fondé» le groupe armé État islamique.
L'homme d'affaires a écrit sur Twitter, dimanche avant-midi, qu'il aurait 20 % d'avance sur Mme Clinton s'il avait pu bénéficier d'une couverture «honnête» de la part des médias «corrompus et dégoûtants», et si ceux-ci n'avaient pas détourné le sens de ses propos.
L'homme de 70 ans a ajouté que les médias ne discutaient jamais du «véritable message» et ne montraient jamais l'«enthousiasme» de la foule lors de la couverture des rassemblements de sa campagne.
Le républicain a ainsi de nouveau reconnu implicitement que, si la tendance se maintient, il pourrait subir une défaite cuisante devant sa rivale à l'élection présidentielle du 8 novembre prochain.