Plus de 600 personnes ont été évacuées samedi du dernier bastion du groupe Etat islamique (EI) dans la province de Deir Ezzor, dans l’est de la Syrie.

Syrie: première évacuation d’habitants de l’ultime bastion de l’EI dans l’Est

BEYROUTH — Plus de 600 personnes ont été évacuées samedi du dernier bastion du groupe Etat islamique (EI) dans la province de Deir Ezzor, dans l’est de la Syrie, alors que les combattants antijihadistes des Forces démocratiques syriennes (FDS) préparent un ultime assaut contre ce secteur.

«Plus de 600 personnes, pour la plupart des femmes et des enfants, ont été évacuées samedi à bord de 25 bus envoyés» aux abords de la localité de Soussa par les FDS et la coalition internationale anti-EI dirigée par les États-Unis, a indiqué à l’AFP l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Selon le directeur de l’Observatoire, Rami Abdel Rahmane, quelques dizaines de jihadistes figuraient également parmi les personnes évacuées, lesquelles ont été transférées vers les zones tenues par les FDS.

Ces évacuations portent à 16 000 le nombre de personnes, dont 760 combattants, ayant quitté la zone des combats depuis début décembre, a-t-il indiqué.

Mais «c’est la première fois que des bus sont affrétés par les FDS et la coalition» pour l’évacuation de civils et de combattants, a souligné M. Abdel Rahmane, faisant état d’un possible accord dans ce sens.

Au cours de ces six derniers mois, environ 25 000 personnes ont fui les combats dans l’est de la Syrie, où des jihadistes défendent leurs derniers bastions, a indiqué vendredi le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

Elles ont trouvé refuge dans des camps ou des installations de fortune, parfois après avoir passé plusieurs nuits dans le désert, exposées à des conditions climatiques difficiles, sans eau ni nourriture, selon le HCR.

«Assaut final»

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), composées de combattants kurdes et arabes et soutenus par la coalition internationale anti-EI, mènent depuis septembre une offensive d’envergure visant à déloger les jihadistes de leur dernière enclave dans l’Est syrien.

Elles ont réussi ces dernières semaines à reprendre plusieurs localités et villages tenus par l’EI, dont Hajine et Al-Chaafa.

L’organisation jihadiste conserve encore quelques parties de son dernier bastion, notamment les localités de Soussa et de Baghouz, selon l’OSDH.

Samedi, la coalition anti-EI a tiré plus de 20 missiles contre les dernières positions jihadistes, en sus de frappes similaires menées par l’armée irakienne, d’après l’OSDH.

En parallèle, «quelque 300 combattants des FDS ont été déployés aux abords de Soussa en vue d’un assaut final», selon M. Abdel Rahmane.

Après avoir autoproclamé en 2014 un «califat» à cheval sur la Syrie et l’Irak, l’EI a subi une série de revers militaires, mais conserve quelques poches et cellules dormantes, notamment dans l’est de la Syrie.

Le conflit syrien, qui a éclaté en 2011, s’est complexifié au fil des ans avec l’implication de groupes jihadistes et de puissances étrangères. Il a fait plus de 360 000 morts.