Au début de la nuit, en Suisse, quelques membres de la police scientifique tentaient de recueillir des indices sur la fusillade qui a fait deux morts au Café 56.

Suisse: deux morts dans une fusillade à Bâle

Deux hommes armés ont tué deux personnes et gravement blessé une troisième dans un café de Bâle, dans le nord-ouest de la Suisse, en tirant à plusieurs reprises sur les clients, a indiqué le parquet de Bâle.
Aucun détail n'a été divulgué sur les suspects, encore en fuite, et sur leurs motivations.
Vers 20h15 (14h15, heure du Québec) les «deux hommes sont entrés dans le Café 56 et ont ouvert le feu à plusieurs reprises. Deux des clients ont été tués. Un autre est dans un état critique», a expliqué le parquet de Bâle dans un communiqué.
Un impact de balle était clairement visible sur l'une des fenêtres de l'établissement, un petit café d'angle de rue situé dans un quartier assez résidentiel, a pu constater un photographe de l'AFP.
Les victimes n'ont pas encore été identifiées et aucun autre client de l'établissement n'a été blessé.
«Le déroulement exact des faits et la raison de l'attaque ne sont pas encore connus et font l'objet d'une enquête», a souligné le parquet fédéral.
Malgré les recherches de la police, les auteurs de la fusillade couraient toujours dans la nuit de jeudi à vendredi.
D'après les éléments dont disposent les enquêteurs, les deux hommes ont quitté le café en direction de l'une des gares ferroviaires de la ville de Bâle, la gare badoise (Badischer Bahnhof).
La police a lancé un appel à toute personne pouvant disposer d'informations sur ces faits tragiques.
La rue où se trouve le café a été fermée au trafic pendant l'intervention des secours. Depuis, le périmètre de sécurité a été fortement réduit.
Vers 1h30 (19h30, heure du Québec), seuls quelques membres de la police scientifique en combinaison blanche se trouvaient encore sur place, ainsi qu'une fourgonnette bleue de la police, selon le photographe de l'AFP.
«Le Café 56 n'a pas une mauvaise réputation», a indiqué un habitant du quartier au journal local Basler Zeitung. «C'était auparavant un établissement connu pour ses liens avec le monde de la drogue, mais depuis que le propriétaire a changé il y a plusieurs années c'est un établissement ordinaire», a raconté un autre badaud.
Droit contesté
Les fusillades sont assez rares en Suisse, un pays où les hommes qui ont effectué leur service militaire peuvent conserver leur arme à domicile, comme réservistes. Ce droit suscite parfois la polémique, notamment lorsque ces armes sont utilisées dans des drames familiaux ou d'autres faits divers.
Selon les chiffres rapportés par la presse suisse, les armes détenues à domicile seraient au nombre de deux millions, pour une population de quelque 8 millions d'habitants.