Whoopi Goldberg, Sara Haines, Joy Behar, Sunny Hostin et Meghan McCain ont accueilli l’actrice pornographique Stormy Daniels (au centre) et son avocat Michael Avenatti dans le studio de l’émission d’ABC «The View», mardi, à New York. En arrière-plan, sur un écran, on peut apercevoir le portrait-robot d’un individu qui aurait menacé Mme Daniels et sa fille, en 2011.

Stormy Daniels «arnaque» les médias, dit Trump

WASHINGTON - Le président Donald Trump a prévenu mercredi que l’actrice pornographique qui affirme avoir eu une aventure extraconjugale avec lui en 2006 est en train de perpétrer une «arnaque totale».

Stormy Daniels, dont le vrai nom est Stephanie Clifford, a publié mardi le portrait-robot d’un individu qui les aurait menacés en 2011, sa petite fille et elle, pour qu’elle se taise au sujet de sa relation avec M. Trump.

L’image montre un homme de 30 ou 40 ans qui serait «mince, mais en forme».

M. Trump a lancé sur Twitter, tôt mercredi, qu’il s’agit «des années plus tard du sketch d’un homme qui n’existe pas». Il accuse Mme Daniels de perpétrer «une arnaque totale qui berne les médias des fausses nouvelles (mais ils le savent!)».

Ce serait la première fois que le président évoque directement l’actrice sur Twitter.

L’avocat de Mme Daniels, Michael Avenatti, n’a pas tardé à répliquer, lui aussi sur Twitter, en rappelant qu’une perquisition menée récemment par le FBI dans les bureaux de l’avocat personnel de M. Trump a permis de mettre la main sur «des documents EXISTANTS et des enregistrements qui témoignent d’arnaque après arnaque perpétrée contre des gens RÉELS et des citoyens américains RÉELS (qui n’en savaient rien)».

Il a ajouté que M. Trump est un adversaire «complètement dérangé et indiscipliné (...) qui se tire souvent dans le pied».

M. Avenatti a porté de 100 000 $ US à 131 000 $ US la récompense offerte pour toute information permettant d’identifier l’individu. Le nouveau montant pourrait faire référence aux 130 000 $ US que Mme Daniels dit avoir reçu de l’avocat de M. Trump, Michael Cohen, avant l’élection présidentielle de 2016 pour acheter son silence.

Mme Daniels tente de faire invalider l’entente de confidentialité qu’elle a signée à ce moment.