Le lancement de la capsule Dragon est le premier effectué depuis le pas de tir historique 39A de la NASA depuis 2011 d'où ont été lancées les missions Apollo vers la Lune dans les années 60 et 70 et la navette spatiale entre 1981 à 2011.

SpaceX réussit son premier lancement depuis l'explosion l'été dernier

La société américaine SpaceX a lancé avec succès dimanche sa capsule non-habitée Dragon à bord de sa fusée Falcon 9 pour une nouvelle mission d'approvisionnement de la Station spatiale internationale (ISS).
Falcon 9 s'est arraché du pas de tir 39A au Centre spatial Kennedy en Floride comme prévu dans un ciel très couvert à 9h38.
Dragon s'est séparée du deuxième étage moins de 10 minutes après le décollage pour entamer sa course poursuite vers l'avant-poste orbital qu'elle devrait atteindre le 22 février, a précisé SpaceX.
Ce lancement est le premier effectué depuis 2011 à partir du pas de tir historique 39A de la NASA d'où ont été lancées les missions Apollo vers la Lune dans les années 60 et 70 et la navette spatiale entre 1981 à 2011.
Le tir était initialement prévu samedi mais a été annulé 13 secondes avant la mise à feu des moteurs en raison d'une anomalie technique dont l'origine a été déterminée samedi soir.
Dragon doit livrer plus 2,2 tonnes de vivres et d'équipements destinés à des expériences scientifiques dans le cadre d'un contrat avec la Nasa. Il s'agit de la dixième de ces missions.
Moins de 10 minutes après le lancement, SpaceX est parvenu une nouvelle fois à faire redescendre le premier étage du lanceur pour le faire poser en douceur sur le sol non loin du Centre spatial Kennedy en Floride, dans le sud-est des États-Unis.
«Falcon a atterri une nouvelle fois», a lancé une porte-parole de SpaceX en direct sur Internet, déclenchant un tonnerre d'applaudissements et de cris de joie au centre de contrôle de la société à Hawthorne en Californie.
Deux accidents coûteux
C'est le septième succès de cette manoeuvre délicate qui devrait permettre de réduire les coûts de mise sur orbite en réutilisant cette partie la plus coûteuse de la fusée.
Le premier étage de 41 mètres de haut s'est déjà posé quatre fois sur une barge en mer et trois fois sur la terre ferme.
SpaceX a subi deux accidents coûteux ces deux dernières années, après une longue période de succès depuis sa création par Elon Musk en 2002.
Le 1er septembre 2016, le lanceur a explosé sur le pas de tir de Cap Canaveral lors d'un essai statique des moteurs, détruisant un satellite de communication israélien de 200 millions $.
Falcon a déjà effectué un vol depuis ce revers, en lançant avec succès le 14 janvier 10 petits satellites de communication de la société Iridium depuis la base militaire Vandenberg en Californie.
SpaceX travaille également au développement d'une version de Dragon capable de transporter des astronautes dans le cadre d'un contrat avec la NASA qui a également retenu Boeing qui construit un autre vaisseau de transport de personnes.
SpaceX a affirmé vendredi que le premier vol de son vaisseau habité aura lieu en 2018.
Toutefois, l'organisme officiel chargé d'auditer les dépenses fédérales et qui dépend du Congrès (GAO) s'inquiète dans un récent rapport d'un possible report jusqu'en 2019 du début des vols habités de SpaceX et de Boeing à cause de retards et coupes dans le budget alloué au programme.
Le GAO pointe aussi le fait que le contrat conclu par la NASA avec l'agence spatiale russe pour transporter des astronautes américains vers l'ISS à bord du vaisseau Soyouz expire en 2019.
La directrice générale de SpaceX, Gwynne Shotwell s'est dite «très confiante» vendredi que le vaisseau Dragon V2 commencerait à transporter des astronautes dans l'espace en 2018.
Depuis le dernier vol de la navette spatiale américaine en juillet 2011, les États-Unis dépendent exclusivement des vaisseaux Soyouz à trois places pour acheminer leurs astronautes à l'ISS, au prix de 82 millions $ le siège, entraînement compris selon les derniers contrats.