L'eau continue de recouvrir des centaines de kilomètres carrés.

Scènes de désolation et morts au Texas

La tempête dévastatrice Harvey s'est déplacée mercredi en Louisiane, laissant dans son sillage au Texas des scènes de désolation et des morts, à l'image des six membres d'une même famille qui ont péri dans leur fourgonnette.
Le sort fatal de ce couple et de quatre de ses arrières-petits-enfants, âgés de 6 à 16 ans et qui étaient portés disparus depuis dimanche, a été confirmé par le shérif du comté de Harris.
À l'image de ces décès connus après plusieurs jours, les autorités redoutent de découvrir de nouvelles victimes. Les autorités ont jusqu'ici comptabilisé quelque 35 décès liés à la tempête.
Mais le niveau des inondations a commencé à baisser dans certaines parties de Houston, la métropole texane largement sinistrée par la catastrophe climatique.
Sur des milliers de kilomètres carrés de ces vastes étendues du sud de l'Amérique, les secouristes restaient engagés dans une course contre la montre pour retrouver des rescapés.
L'eau continuait de recouvrir des centaines de kilomètres carrés, mais des tout premiers signes augurant d'un lointain retour à la normale étaient visibles : réouverture de magasins et d'axes routiers, habitants rentrant chez eux pour nettoyer, etc.. Les deux aéroports de la ville ont aussi commencé à reprendre petit à petit leurs activités.
Toutefois, dans d'autres régions côtières à la limite de la Louisiane et du Texas, les bourrasques de pluie ont continué à semer le chaos. Notamment dans les zones de Beaumont et de Port Arthur, qui ont reçu 50 cm de précipitations durant la nuit.
«Il y a beaucoup de bébés et de personnes âgées coincés actuellement dans leurs maisons [à Port Arthur]. Ils ont de l'eau jusqu'à la poitrine», a expliqué à l'AFP Justin Coleman, un bénévole qui a roulé de Fort Worth dans un convoi de trois jeeps tractant des bateaux destinés au secours.
«Nous sommes en liaison radio [avec les sauveteurs] et toutes les 30 secondes il y a une nouvelle personne secourue», a-t-il ajouté.
Alors que l'eau a commencé à se retirer dans certaines parties de Houston, les rescapés sont engagés dans une course contre la montre pour retrouver des rescapés.
Couvre-feu 
À Houston, métropole soumise à un couvre-feu nocturne pour éviter les pillages, «il est probable que les inondations catastrophiques vont se poursuivre pendant des jours après l'arrêt de la pluie», a averti la ministre de la Sécurité intérieure par intérim, Elaine Duke.
Alors qu'en Louisiane, un État encore profondément meurtri par le passage de l'ouragan Katrina en 2005, des pluies torrentielles continuaient de s'abattre après que Harvey, un ouragan désormais classé tempête tropicale, a touché de nouveau terre vers 5h du matin à l'ouest de la ville de Cameron.
Selon les autorités, environ 30 % du comté de Harris, qui inclut Houston et ses 2,3 millions d'habitants, serait inondé. De 30 000 à 40 000 habitations seraient endommagées.
«Nous avons plus de 230 refuges ouverts au Texas, hébergeant plus de 30 000 personnes», a détaillé mercredi Brock Long, directeur de l'Agence fédérale des situations d'urgence (FEMA).
«Tandis que nous concentrons une bonne partie de nos efforts sur Houston, il faut bien comprendre qu'il y a de nombreux [autres] comtés touchés, plus de 50», a-t-il insisté.
Risque d'incendie chimique
Dans le comté de Harris, une évacuation a été ordonnée pour les personnes vivant dans un rayon de 2,4 kilomètres autour d'une usine du groupe français Arkema, une «mesure de précaution» en raison des produits chimiques sur le site.
Selon un relevé du département américain de l'Énergie, les six raffineries de la ville de Corpus Christi, sept raffineries de la zone Houston/Galveston et deux raffineries autour de Beaumont/Port Arthur étaient fermées ou en cours de fermeture.
Les puits de pétrole affectés par la tempête, en mer ou sur terre, ont déjà commencé à reprendre la production, qui est perturbée à hauteur d'un peu moins de un million de barils par jour selon les estimations de Goldman Sachs.
Les dégâts provoqués par la tempête pourraient atteindre les 42 milliards de dollars, selon des modélisations, faisant figurer Harvey sur la liste des cinq tempêtes les plus coûteuses jamais enregistrées aux États-Unis.
Peur de rouler dans l'eau 
Le président Donald Trump s'est rendu mardi dans les régions du Texas sinistrées où, drapeau de l'État en main, il s'est posé en rassembleur face à cette catastrophe d'une ampleur historique.
«Toutes mes pensées et bien davantage accompagnent les formidables habitants du Texas!» a encore tweeté mercredi M. Trump. Il doit y revenir samedi et pourrait également se rendre en Louisiane et rencontrer des personnes évacuées, ce qu'il n'a pas fait mardi.
À Winnie, au sud-ouest de Houston, Sheryl Kunai, une femme de 57 ans, se désespérait de ne pouvoir rentrer chez elle, coincée dans une chambre d'hôtel avec son fils et sa belle-fille. Après avoir subi le traumatisme d'être ballottée dans les inondations au volant de sa voiture.
«Ce que je redoute le plus est de rouler dans l'eau», assurait-elle. «Je préfère attendre encore un jour de plus plutôt que tenter le diable».
Dans une décision rendue en urgence, la Cour suprême du Texas a autorisé les avocats inscrits à des barreaux d'autres États à représenter les victimes de l'ouragan dans les juridictions texanes.
Dans une autre ordonnance, un juge a repoussé de trois mois l'exécution d'un condamné à mort, en raison du chaos créé par Harvey.
«C'est Katrina qui recommence»
Des résidents de Houston marchent sur une route innondée par la tempête Harvey.
Toujours marqués et meurtris par l'ouragan Katrina qui a détruit leur ville en 2005, les habitants de La Nouvelle-Orléans ont fait preuve de solidarité avec ceux de Houston, noyée sous les eaux après le passage de la tempête Harvey. «C'est beau, nous avons été comblés», explique le père Tim Hedrick, alors que ses paroissiens roulaient vers l'église Sainte-Catherine de Sienne de La Nouvelle-Orléans, les voitures remplies de provisions et de produits de première nécessité. Tim Hedrick, le vicaire de l'église, et son armée de volontaires déchargent de leurs véhicules paquets de pâtes, bouteilles d'eau, paquets de gâteaux, chaussures, couvertures, et même deux chaises pliantes. Toutes ces provisions seront entassées dans un semi-remorque, direction le Texas voisin, où des millions de personnes ont été touchées par Harvey, la plus grosse tempête à avoir frappé le sud du pays depuis Katrina en 2005. «Je veux juste rendre un peu de ce qu'on m'a donné, après tout ce que j'ai subi», explique Amy Runco, une des volontaires. Après Katrina, cette femme de maintenant 26 ans a dû vivre avec sa famille dans une caravane pendant deux ans.
Amy était seulement venue à l'église pour faire don de couches et nourriture pour enfants, mais, en se rappelant d'à quel point les Texans avaient été généreux avec elle après Katrina, elle a décidé de rester pour prêter main-forte. «Voir ce qu'ils traversent a ravivé de mauvais souvenirs. C'est dur», lâche-t-elle, la voix étouffée par l'émotion. «On a l'impression que c'est Katrina qui recommence». «Ça me fend le coeur.

Les chiffres de la tempête Harvey

Voici les chiffres clés de la tempête Harvey, qui a sinistré le sud du Texas et affecte désormais la Louisiane voisine.
Quelle quantité d'eau est tombée?
Selon les calculs des services météorologiques : 41 trillions de litres d'eau sont tombés sur le Texas.
Selon le National Weather Service, il est tombé près de 132 centimètres de pluie à certains endroits de la côte texane entre samedi et mercredi.
Le record s'est établi à 131,7 centimètres sur le canal maritime côtier Cedar Bayou, soit le plus haut niveau de précipitations jamais enregistré sur le territoire continental américain au cours d'un ouragan.
Et c'est sans compter les précipitations dans la Louisiane voisine, provoquées par Harvey qui a retouché terre mercredi.
Combien de sinistrés?
Le nombre total évolue au fil des heures. L'agence fédérale des situations d'urgence (Fema) a mis en place 230 centres d'accueil temporaires pour abriter jusqu'à 30 000 personnes. De plus, 1800 personnes étaient hébergées mercredi dans des hôtels, selon l'agence.
La Croix-Rouge américaine a indiqué mercredi que plus de 32 000 personnes ont dormi mardi soir dans ses refuges et ceux de ses partenaires.
Le chef de la police de Houston, Art Acevedo, a dit mardi que ses agents avaient secouru plus de 3500 personnes dans la métropole.
Jusqu'à 450 000 personnes pourraient avoir besoin d'aide d'urgence, selon Brock Long, directeur de la Fema.
Quel coût pour les dommages?
Selon la Fema, qui gère les situations d'urgence au niveau fédéral, 195 000 personnes s'étaient enregistrées mercredi matin pour bénéficier d'une aide financière d'urgence. L'agence a déjà déboursé 35 millions de dollars.
Les analystes estimaient lundi que les dégâts matériels s'élèveront entre 30 et 100 milliards de dollars, selon l'agence Bloomberg. La plus grande partie de ces dommages ne sera pas couverte par les assurances.