Lors d'un rassemblement lundi devant la Trump Tower, à Manhattan, Jill Stein a réfuté toute manoeuvre partisane en faveur des démocrates, qui soutiennent son initiative de demander un recomptage.

Recours pour un dépouillement judiciaire en Pennsylvanie

L'ex-candidate écologiste à la Maison-Blanche, Jill Stein, a déposé lundi un recours pour demander le recomptage des voix du scrutin présidentiel dans l'ensemble de l'État de Pennsylvanie, après avoir annoncé samedi qu'elle jetait l'éponge.
Jill Stein a engagé trois procédures pour obtenir le recomptage des voix dans le Michigan, le Wisconsin et en Pennsylvanie, où Donald Trump et Hillary Clinton n'ont été séparés à chaque fois que par quelques dizaines de milliers de voix.
Plusieurs spécialistes du processus électoral estiment qu'une telle initiative n'a quasiment aucune chance d'aboutir à une inversion du résultat dans ces États, tous remportés par le magnat de l'immobilier.
Pour financer cette campagne, Jill Stein a lancé une souscription, à laquelle près de 150 000 personnes ont contribué à hauteur de plus de 7 millions $ au total, selon les derniers chiffres communiqués lundi par un porte-parole.
En Pennsylvanie, une première action en justice pour un recomptage partiel, intentée par 100 électeurs avec le soutien de l'ancienne candidate du parti Vert, a été abandonnée après qu'un juge a imposé samedi un cautionnement d'un million de dollars préalable à l'examen de l'affaire.
La décision avait amené Jill Stein à renoncer officiellement samedi, avant l'annonce d'un nouveau recours devant une juridiction fédérale, déposé lundi.
Lors d'un rassemblement lundi devant la Trump Tower, à Manhattan, cette médecin de 66 ans a réfuté toute manoeuvre partisane en faveur des démocrates, qui soutiennent son initiative.
«Je ferais cela quel que soit le vainqueur», a-t-elle assuré, expliquant que son initiative était, en premier lieu, motivée par des doutes sur la régularité du processus électoral dans les trois États concernés et non par l'identité du président désigné.
En réponse aux accusations de Donald Trump, qui avait laissé entendre qu'elle pourrait utiliser à d'autres fins qu'au recomptage les fonds levés, Jill Stein a assuré qu'ils avaient été placés dans un compte ad hoc, distinct du compte de campagne.
Après avoir dénigré l'initiative, le président désigné a finalement dépêché des avocats pour contester son bien-fondé devant la justice.
Dans le Michigan, le juge fédéral Mark Goldsmith saisi de l'affaire a validé lundi le principe d'un recomptage, qui devait démarrer à midi heure locale, a indiqué Jill Stein lors d'un point de presse en marge du rassemblement.