L'opération policière a été menée à Argenteuil, en banlieue nord de Paris.

Projet d'attentat mis «en échec» en France

Un homme suspecté d'être impliqué dans un projet d'attentat conduit à un «stade avancé» en France a été interpellé jeudi en région parisienne, sans que ce projet semble avoir un lien avec les attaques qui ont frappé Bruxelles et Paris.
Les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI, renseignement intérieur) ont mené cette «interpellation importante» jeudi matin, a annoncé dans la soirée le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, selon qui elle a permis «de mettre en échec un projet d'attentat en France, conduit à un stade avancé».
Jeudi soir, l'opération a mené à des perquisitions dans un immeuble d'habitation évacué de ses occupants à Argenteuil, en banlieue nord de Paris. Une petite quantité d'explosifs, dont la nature n'a pas été précisée, a été retrouvée au domicile de l'homme interpellé et des opérations de déminage ont été demandées.
Un vaste périmètre de sécurité avait été mis en place, des voitures de police et des policiers en armes barrant l'accès à la rue et maintenant plusieurs dizaines de badauds à distance.
«J'ai essayé de rentrer chez moi mais les policiers ne m'ont pas laissé», pestait Karim, 19 ans, habitant dans l'immeuble voisin. Pour sa soeur Kolod, 23 ans, «normalement c'est très tranquille comme quartier». «C'est bizarre mais en même temps c'est rassurant de voir ces policiers», a-t-elle ajouté.
L'homme interpellé, de nationalité française, est «suspecté d'être impliqué à haut niveau dans ce projet. Il évoluait au sein d'un réseau terroriste qui projetait de frapper la France», a expliqué le ministre de l'Intérieur dans une déclaration à la presse.
Il avait été condamné en son absence dans un pays européen non précisé dans une affaire d'acheminement de djihadistes vers la Syrie, selon une source policière. 
Le ministre ne s'est pas étendu sur ce projet d'attaque mais «à ce stade, aucun élément tangible ne relie ce projet aux attentats de Paris et de Bruxelles», a-t-il fait valoir. La capitale belge a été frappée mardi par un double attentat dans un aéroport et dans le métro qui a fait 31 morts et 300 blessés selon un bilan provisoire.