Cagoulé, Cheung Kie-chung est escorté par des policiers sur le campus de l’Université de Hong Kong, mercredi.

Professeur d’université accusé de meurtre, sa femme trouvée dans une valise

HONG KONG - Un professeur de l’Université de Hong Kong a été accusé de meurtre mercredi après la découverte par la police du corps en décomposition de son épouse caché dans une valise à son bureau, dernier meurtre sordide en date dans la métropole asiatique.

Les policiers ont découvert le corps de la femme, un câble électrique autour du cou, dissimulé dans une valise dans le bureau de Cheung Kie-chung, âgé de 53 ans.

Le professeur, qui comparaîtra devant le tribunal pour la première fois jeudi, avait expliqué aux enquêteurs qu’une querelle avait éclaté avec son épouse le soir du 20 août à propos de l’hygiène des toilettes familiales et qu’elle n’était pas rentrée par la suite. Il avait signalé sa disparition trois jours plus tard.

Les soupçons des enquêteurs se sont éveillés lors d’une analyse des enregistrements des caméras de sécurité, qui a révélé que la femme du professeur n’avait pas quitté le domicile le soir de sa supposée disparition et que M. Cheung en était, lui, sorti avec une volumineuse caisse en bois.

Mardi après-midi, la police a donc perquisitionné son bureau, à cinq minutes en voiture du domicile du professeur, de sa femme et de ses deux enfants.

«Du sang dégoulinait de la valise et ça sentait mauvais», a indiqué mardi soir le policier Law Kwok-hoi aux journalistes.

Selon lui, la victime a probablement été étranglée, mais des analyses doivent encore être effectuées par les médecins légistes pour le confirmer.

+

Le professeur de l’Université de Hong Kong Cheung Kie-chung en février 2016

+

Un autre professeur hongkongais fait l’objet de poursuites pour avoir utilisé un ballon de yoga rempli de monoxyde de carbone pour tuer son épouse et sa fille dans une voiture.

En 2016, un banquier britannique, Rurik Jutting, avait été condamné à la prison à perpétuité pour avoir tué deux femmes indonésiennes à Hong Kong et entreposé l’un de leurs corps dans une valise sur son balcon.

L’année précédente, un habitant de la ville avait été emprisonné pour avoir tué et découpé ses parents avant d’entreposer les morceaux de leurs dépouilles dans un congélateur.