Plus de 700 personnes ont été arrêtées à Moscou lundi.

Plusieurs centaines de manifestants arrêtés en Russie

Des dizaines de milliers de personnes ont pris part à des manifestations anticorruption un peu partout en Russie, lundi, dans une nouvelle démonstration de défiance de l'opposition à un certain moment présentée par le Kremlin comme intellectuelle et marginalisée.
Plusieurs centaines de personnes ont été arrêtées, dont l'opposant russe Alexeï Navalny à Moscou, qui a ensuite été condamné à 30 jours de prison.
La manifestation à Moscou a été la plus imposante parmi une série de plus de 100 rassemblements dans des villes s'étendant dans les 11 fuseaux horaires du pays, plusieurs dénonçant le président Vladimir Poutine.
Le rassemblement à Moscou a été le plus imposant au pays.
Plus de 700 personnes ont été arrêtées à Moscou, tandis qu'à Saint-Pétersbourg, environ 500 manifestants ont été placés de force dans des autocars de la police au coeur d'une manifestation illégale ayant attiré environ 10 000 personnes.
L'arrestation de M. Navalny a tout d'abord été annoncée sur Twitter par sa femme Yulia. Elle a indiqué que son mari avait été arrêté près de chez lui, à Moscou, une trentaine de minutes avant le début de la manifestation dans cette ville.
La police russe a ensuite dit que M. Navalny avait été arrêté pour avoir désobéi aux ordres de la police et pour avoir troublé l'ordre public. L'opposant a comparu en cour lundi soir et a été condamné à 30 jours de prison pour violations répétées de la loi sur les rassemblements publics.
«L'ampleur des rassemblements a été extraordinaire, et tant de gens sont venus», a commenté M. Navalny devant les journalistes peu avant d'être condamné, en référence aux rassemblements organisés dans des villes qui n'ont pas connu de démonstrations publiques de mécontentement depuis des décennies.
«Menace à la sécurité publique»
Les autorités de Moscou avaient accepté que la manifestation ait lieu à un endroit spécifique, mais M. Navalny avait plutôt demandé qu'elle soit déplacée vers la rue Tverskaïa, qui compte parmi les principales artères de la capitale. Il a expliqué que les entrepreneurs engagés pour ériger une scène à l'endroit convenu avaient été incapables de travailler, apparemment en raison des pressions des responsables.
La rue Tverskaïa portait le nom de rue Gorky à l'époque soviétique. Elle était fermée à la circulation lundi en raison des célébrations du Jour de la Russie, un jour férié, et les dirigeants ont prévenu que «tout geste provocateur» de la part des manifestants serait considéré comme «une menace à la sécurité publique et immédiatement réprimé».
La police avait partiellement bloqué la rue avec des camions à ordures pour interférer avec les manifestants.
Plus d'un millier de personnes avaient été arrêtées lors d'une manifestation similaire le 26 mars.
Le site Web de M. Navalny indique que des manifestations étaient prévues lundi dans une poignée de villes de l'est reculé du pays, notamment les grands ports de Vladivostok et de Khabarovsk, sur le Pacifique, et dans la ville sibérienne de Barnaul. Des photos montrent des centaines de personnes participant aux manifestations.
Onze personnes ont été arrêtées à Vladivostok, selon un site Internet qui surveille la répression politique. Un millier de manifestants s'étaient massés sur le champ de Mars, et certains sont restés sur place après les arrestations.
Alexeï Navalny est le dissident le plus connu de Russie. Il s'attaque surtout à la corruption des dirigeants et a annoncé sa candidature à la présidence en 2018. Son utilisation rusée et intelligente des médias sociaux lui a attiré des hordes de partisans.