En 2005, la Cour suprême des États-Unis a  jugé qu'il était inconstitutionnel d'exécuter toute personne âgée de moins de 18 ans au moment du crime.

Pfizer interdit l'utilisation de ses produits pour des exécutions

Le géant pharmaceutique Pfizer a annoncé qu'il interdirait désormais l'utilisation de ses produits pour des exécutions, une décision qui prive les États américains de la dernière source disponible de substances légales pour des injections létales.
Les opposants à la peine de mort ont salué samedi l'annonce de Pfizer, qui rejoint de nombreuses autres entreprises du secteur pharmaceutique.
«Pfizer fabrique ses produits pour améliorer et sauver la vie des patients. Conformément à ces valeurs, Pfizer s'oppose à l'utilisation de ses produits dans des injections létales pour la peine capitale», a annoncé le groupe dans un communiqué publié sur son site.
Concrètement, Pfizer explique que la distribution de sept produits sera limitée à un groupe de distributeurs et d'acheteurs qui s'engageront à ne pas les revendre à des institutions pénales. Les établissements publics acheteurs devront certifier que les produits ne seront utilisés que dans un but médical.
«Il est choquant de voir la mission médicale des entreprises pharmaceutiques détournées par les États qui utilisent ces médicaments, censés sauver des vies et améliorer la qualité de vie, pour tuer des prisonniers», a dit Robert Dunham, directeur du Centre d'information sur la peine capitale.
Maya Foa, directrice de l'association anti-peine de mort Reprieve, a qualifié la décision de Pfizer d'«exemplaire».
«Cela signifie que tous les fabricants de produits pour exécution approuvés par la FDA[les autorités sanitaires américaines] ont pris position contre le détournement de médicaments pour des injections létales, et pris des mesures pour l'empêcher», a-t-elle déclaré dans un communiqué.
Selon elle, plus de 25 entreprises pharmaceutiques ont pris des mesures similaires à celles de Pfizer.
Pénurie de substances
Le nombre d'exécutions a baissé ces dernières années aux États-Unis, en raison notamment de la pénurie des substances utilisées dans les injections létales. En 2015, 28 détenus ont été exécutés dans les 31 États où la peine capitale est appliquée, soit le nombre le plus bas depuis 1991, alors que 14 prisonniers avaient été exécutés.
Entre 1991 et 2015, le pic des exécutions a été atteint en 1999 avec 98 exécutions.
La pénurie est partiellement due à l'interdiction européenne de vendre ces produits aux prisons américaines.