Le premier ministre estonien Juri Ratas (à gauche) a reçu le vice-président américain Mike Pence, dimanche.

Pence parle des missiles Patriot en Estonie

Le vice-président américain Mike Pence a évoqué dimanche à Tallinn un possible déploiement en Estonie des batteries de missiles Patriot, mais sans prendre d'engagement précis, a annoncé son hôte, le premier ministre Juri Ratas.
Les batteries Patriot lancent des missiles sol-air qui peuvent intercepter des missiles ou des avions. «Nous avons évoqué les manoeuvres [russes] à venir à proximité de la frontière estonienne [...]. Et la manière dont l'Estonie, les États-Unis et l'OTAN doivent les surveiller et échanger leurs informations», a ajouté le premier ministre.
Quant à M. Pence, il s'est borné, en parlant aux journalistes, à des généralités.
«Le président Trump m'a envoyé en Europe avec un très simple message. C'est que l'Amérique d'abord ne veut pas dire l'Amérique seulement, a-t-il dit dans une interview à l'envoyée spéciale de Fox News. Notre message aux pays baltes et mon message lors des visites en Géorgie et au Monténégro sera le même : à nos alliés ici en Europe de l'Est, nous sommes avec vous, nous sommes à vos côtés pour les libertés. C'est un grand honneur d'être à vos côtés».
Le vice-président américain a réaffirmé devant la presse l'attachement de Washington à l'article 5 de la charte de l'OTAN - une attaque contre un membre de l'Alliance est considérée comme une attaque contre tous - et a félicité l'Estonie pour la présence de ses militaires en Irak et en Afghanistan, rappelant que ce pays était l'un des six membres de l'OTAN qui remplissent l'objectif consistant à dépenser au moins 2 % du PIB pour leur défense.
Dans presque toutes ses réponses, M. Pence a cité le président Trump. En serrant quelques mains de passants sur une place du centre historique de Tallinn, il l'a fait à nouveau. Salué par un touriste français, il a rappelé la présence de M. Trump à Paris le 14 juillet, en répondant à un Polonais, il a souligné que son chef avait visité récemment Varsovie.
La visite de M. Pence en Estonie est la première étape d'une tournée destinée à rassurer les trois pays baltes, frontaliers de la Russie, qui souhaitent le renforcement de la présence militaire américaine chez eux.