Oprah Winfrey avec son prix Cecil B. DeMille, reçu lors de la 75e cérémonie des Golden Globes, dimanche soir.

Oprah ne sera pas candidate à la Maison-Blanche, selon Trump

WASHINGTON — Le président américain Donald Trump a dit mardi sa conviction qu’Oprah Winfrey ne serait pas candidate à la Maison-Blanche, tout en assurant qu’il la battrait si elle tentait l’aventure.

«Je la connais très bien [...]. Je l’aime bien», a affirmé M. Trump, interrogé sur les éventuelles ambitions politiques de l’animatrice, actrice et femme d’affaires.

«Je ne pense pas qu’elle sera candidate», a-t-il ajouté dans un sourire.

«Oui, je battrais Oprah», a-t-il encore dit en réponse à une question.

Arrivé à la Maison-Blanche il y a un an, Donald Trump évoque régulièrement les «sept années» qui lui restent au pouvoir.

Son équipe ne fait par ailleurs aucun mystère de sa volonté de se représenter en 2020 pour un second mandat.

Le discours d’Oprah Winfrey lors de la cérémonie des Golden Globes dimanche soir a ravivé les rumeurs — anciennes — sur l’éventuelle candidature à la Maison-Blanche de celle qui fut la première présentatrice noire à percer à la télévision et a bâti autour de son nom une véritable marque.

Devant un public enthousiaste, elle a fait le lien avec deux héroïnes de la lutte pour les droits civiques aux États-Unis, Rosa Parks et Recy Taylor, et annoncé l’arrivée d’une «aube nouvelle» pour les femmes et les jeunes filles maltraitées par les hommes.

Beaucoup ont vu dans cette déclaration de neuf minutes un tournant dans la vie publique d’Oprah Winfrey, des réactions relayées avec enthousiasme par le tout Hollywood.

+

CANDIDATURE À LA PRÉSIDENCE: ENGOUEMENT MITIGÉ DANS L'ENTOURAGE D’OPRAH

DES MOINES — Au moment où les démocrates des États-Unis poussent Oprah Winfrey à briguer la présidence en 2020, la garde rapprochée de l’animatrice bien connue ne semble pas unanime quant à ses ambitions politiques.

Sa meilleure amie, l’animatrice Gayle King, a déclaré mardi que Mme Winfrey est «intriguée» par une course à la Maison-Blanche.

«Elle adore ce pays et elle veut trouver un moyen de servir, mais je ne pense pas qu’elle l’envisage concrètement en ce moment, a dit Mme King, qui a révélé avoir longuement discuté avec son amie la veille. Mais j’ai aussi appris après des années passées à regarder l’émission d’Oprah qu’on a le droit de changer d’idée.»

Lundi, le partenaire de longue date de Mme Winfrey, Stedman Graham, a déclaré au Los Angeles Times qu’il «revient à la population» de décider si elle sera présidente, avant d’ajouter qu’elle «serait assurément intéressée».

Cet engouement pour une éventuelle candidature de Mme Winfrey découle du discours enflammé qu’elle a prononcé dimanche soir lors de la cérémonie des Golden Globes, après avoir accepté le prix Cecil B. DeMille pour l’ensemble de son œuvre. Certains se sont alors demandé si le Parti démocrate ne devrait pas se rallier à une vedette pour combattre Donald Trump en 2020.

La leader de la minorité démocrate à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a fait remarquer que Mme Winfrey, comme M. Trump avant elle, n’a aucune expérience politique.

«Je pense qu’un argument en faveur d’Oprah est 45, a-t-elle dit, en référence au fait que M. Trump est le 45e président des États-Unis. Je pense qu’un argument qui nuit à Oprah est 45.»

Espoir

Quoi qu’il en soit, pour les démocrates des États qui compteront parmi les premiers à voter pour un candidat, et possiblement pour un peuple qui désapprouve majoritairement de la performance de son président, l’éventualité de voir une vedette se lancer à l’assaut de la Maison-Blanche semble moins étrange qu’auparavant.

«Écoutez, c’est ridicule, je comprends ça, a dit Brad Anderson, qui a dirigé la campagne de Barack Obama en Iowa en 2012 et qui est en faveur de la candidature de Mme Winfrey. Mais en même temps, la politique est complètement ridicule en ce moment.»

«Les gens ont besoin d’espoir, a dit Ray Buckley, le président du Parti démocrate au New Hampshire, qui voit lui aussi d’un œil favorable la candidature de l’animatrice. S’il faut regarder du côté de ces vedettes à la moralité solide, qui ont de la compassion et de l’intelligence, je pense que les gens devraient se tourner vers qui ils peuvent en cette période très difficile.»

Même la fille de M. Trump, Ivanka, a appuyé le message de Mme Winfrey, mais peut-être pas ses ambitions politiques, dans un gazouillis envoyé lundi : «Je viens de voir le message puissant et inspirant d’@Oprah lors des #Golden Globes d’hier soir. Unissons-nous, hommes et femmes, & disons #VOTREHEUREASONNÉ #UNIS»