En costume bleu marine et chemise à fines rayures, sans cravate, Barack Obama s'est prêté à un questions-réponses détendu mené par Sam Kass, son ancien cuisinier et conseiller sur les questions de nutrition.

Obama se dit «prisonnier des égoportraits»

L'ancien président américain Barack Obama a partagé mardi son soulagement d'être libéré des mesures de sécurité imposées au locataire de la Maison-Blanche, tout en se disant désormais «prisonnier des égoportraits».
Invité d'honneur d'un sommet mondial sur l'alimentation à Milan, M. Obama a été chaleureusement applaudi par les quelque 3000 personnes qui avaient payé entre 650 et 850 euros (970$ et 1270 $CAN) pour venir l'écouter.
En costume bleu marine et chemise à fines rayures, sans cravate, il s'est prêté à un questions-réponses détendu mené par Sam Kass, son ancien cuisinier et conseiller sur les questions de nutrition.
L'ancien président a avoué être aujourd'hui «prisonnier des égoportraits». Et de préciser : «Je peux me promener partout à condition d'accepter de prendre un égoportrait tous les deux pas».
Barack Obama a aussi expliqué que ces années de présidence lui avaient appris à être «moins angoissé» : «Quand tu es président des États-Unis, tu fais des erreurs tous les jours (...) et la moitié du pays pense que tu es un idiot», a-t-il plaisanté.
«Dans une bulle»
Ce qui ne «lui manque pas», ce sont les mesures de sécurité, a-t-il ajouté. «Tu vis dans ce qu'on peut appeler une bulle. C'est une très jolie prison».
«Tu n'as pas de liberté de mouvement, ne serait-ce que pour faire une promenade ou t'asseoir à un café, parce qu'il y a toujours la sécurité autour de toi», a détaillé M. Obama.