Nouvelle-Zélande: un touriste tué, sa fiancée canadienne échappe à la mort

WELLINGTON, Nouvelle-Zélande — La police en Nouvelle-Zélande a dit avoir arrêté un suspect relativement à la mort par balle d’un homme, fiancé d’origine australienne d’une Canadienne.

La police dit apporter son soutien à une Canadienne, «sous le choc et bouleversée» après que son fiancé d’origine australienne eut été assassiné en pleine nuit, vendredi.

La victime a été identifiée par la police comme étant Sean McKinnon, 33 ans, de l’Australie.

La femme, identifiée par des sources canadiennes comme Bianca Buckley, une Néo-Écossaise de 32 ans, se trouvait dans une fourgonnette avec M. McKinnon lorsqu’une personne a tiré des coups de feu vers le véhicule.

La femme n’a pas été blessée.

La police a dit avoir accusé un homme de 23 ans de meurtre, de vol à main armée et de tentative de meurtre.

Une chasse à l’homme était en cours depuis la découverte du corps en matinée, à proximité du village de Gordonton, dans le nord de la Nouvelle-Zélande.

Le couple dormait dans une fourgonnette stationnée dans un endroit panoramique, lorsqu’un suspect s’est approché du véhicule, vers 3 h.

Le suspect aurait pris le volant de la fourgonnette, emmenant le blessé avec lui. Le véhicule a été retrouvé environ 75 kilomètres plus loin, vers 8h du matin.

Le quotidien australien Sydney Morning Herald rapporte que le trentenaire était un amateur de surf et un musicien talentueux qui avait grandi dans la ville de Warrnambool. Un de ses amis l’a décrit comme un «homme gentil, authentique, avec un coeur d’or».

En Nouvelle-Écosse, l’école Sacré-Coeur de Halifax a annoncé sur Facebook que Bianca Buckley, une de ses diplômées, a été impliquée dans un «événement violent» en Nouvelle-Zélande.

«Bianca est sauve, heureusement», a écrit l’école, en ajoutant que la famille Buckley apprécie les prières de la communauté.

Joints à Halifax, les parents de Mme Buckley ont dit avoir parlé avec leur fille après l’agression. «Je suis anéantie», a dit la mère. Son père a indiqué qu’ils ne s’exprimeront pas davantage. «C’est un événement absolument incroyable. On n’a pas d’autres commentaires à formuler», a-t-il dit.

L’organisme désigné sur Facebook comme l’employeur de Mme Buckley depuis le mois de janvier dernier a également publié une déclaration. Counties Manukau Health, établi à Auckland, en Nouvelle-Zélande, a dit apporter son soutien à une sage-femme membre de son personnel qui a été impliquée dans l’»événement tragique».