Edgar Ray Killen en 2005, en route vers le palais de justice.

Mort d’un leader du KKK, condamné dans l’affaire «Mississippi Burning»

WASHINGTON — Un ex-responsable du Ku Klux Klan (KKK), condamné pour trois meurtres racistes qui ont inspiré le film «Mississippi Burning», est décédé en prison à l’âge de 92 ans, a annoncé vendredi l’administration pénitentiaire américaine.

Edgar Ray Killen purgeait une sentence de 60 ans de réclusion pour son rôle dans l’homicide il y a plus d’un demi-siècle de ces trois jeunes militants des droits civiques américains. Les causes de sa mort semblent naturelles, a précisé dans un communiqué le bureau des prisons de l’État du Mississippi.

En juin 1964, au cours de «l’été de la liberté», les assassinats d’Andrew Goodman, 20 ans, Michael Schwerner, 24 ans et James Chaney, 21 ans, avaient bouleversé l’Amérique. Ils avaient inspiré le film d’Alan Parker Mississippi Burning (1988).

Huit personnes avaient été condamnées en 1967 à des peines de prison, n’excédant pas six ans, pour «violation des droits civiques» des trois disparus — deux juifs new-yorkais et un Noir — qui étaient venus dans le Sud ségrégationniste pour aider les Afro-Américains à s’inscrire sur les listes électorales.

La première et seule condamnation pour meurtre n’est intervenue qu’en 2005: Edgar Ray Killen avait auparavant vécu des décennies sans être inquiété. Il avait été poursuivi au début des années 2000 sur la foi de nouveaux éléments de preuve parvenus à la justice.

Arrêtés le 21 juin 1964 sous un prétexte futile par la police locale, infiltrée par le KKK, Goodman, Schwerner et Chaney avaient été relâchés en pleine nuit avant de tomber dans une embuscade montée par des membres du Klan.

Sauvagement lynchés, ils seront finalement abattus par balle. Leurs corps seront retrouvés 44 jours plus tard, dans une retenue d’eau, à l’issue d’une enquête menée par le FBI.

Le dossier pénal de l’affaire s’est refermé en juin 2016, avec la clôture officielle de l’enquête sur ces crimes emblématiques.