Outre les pluies torrentielles attendues jusqu'à samedi, Porto Rico se retrouve sans électricité peut-être pour plusieurs mois, et avec un réseau de télécommunications quasiment entièrement détruit.

Maria: évacuations massives à Porto Rico après la rupture d'un barrage

Plus de 70 000 personnes ont reçu vendredi l'ordre d'évacuer une zone du nord-ouest de Porto Rico après qu'un barrage a cédé sous l'effet des pluies diluviennes apportées par l'ouragan Maria, qui a fait au moins 13 morts sur ce territoire américain, portant à 33 le nombre total de victimes dans l'ensemble des Caraïbes.
Le barrage de Guajataca, dans le nord-ouest de l'île a cédé vendredi après-midi, provoquant des inondations soudaines et une «situation extrêmement dangereuse» le long du Rio Guajataca, a annoncé le service météorologique de Porto Rico, qui a émis une alerte inondations courant jusqu'à 6h GMT samedi (2h, heure du Québec).
«Toutes les zones entourant la rivière Guajataca doivent évacuer immédiatement. Leurs vies sont en danger», a-t-il indiqué sur son compte Twitter. Le gouverneur de Porto Rico, Ricardo Rossello, a peu après ordonné l'évacuation de quelques 70 000 personnes dans cette zone.
Hector Pesquera, directeur de la Sécurité publique de Porto Rico, interviewé par le journal local El Vocero, a expliqué qu'un drain du barrage, qui laisse normalement passer une petite quantité d'eau à un flux contrôlé, a cédé.
Porto Rico faisait déjà face vendredi à une situation préoccupante avec des inondations et des pluies torrentielles attendues jusqu'à samedi.
Ce territoire américain de 3,4 millions d'habitants se retrouve sans électricité peut-être pour plusieurs mois, et avec un réseau de télécommunications quasiment entièrement détruit.
«Porto Rico est absolument anéanti», avait lancé jeudi le président américain Donald Trump, après avoir décrété l'état de catastrophe naturelle, libérant des fonds pour l'aide d'urgence et la reconstruction.
Communications défaillantes
Et alors que jusqu'à présent on ne parlait que d'un mort, le bilan est subitement passé à 13 vendredi. «Des parties de l'île sont encore sans communication, donc ce chiffre de 13 n'est qu'un bilan préliminaire», avait déclaré plus tôt dans la journée le gouverneur de l'île Ricardo Rossello.
Selon Bernardo Marquez, le maire de Tao Baja, dans la périphérie de la capitale San Juan, huit personnes sont mortes noyées en raison des inondations provoquées par l'ouverture des vannes d'un lac.
Dans l'immédiat, il n'était pas possible de savoir si ces huit décès étaient compris dans le bilan de 13 donné par M. Rossello, les porte-paroles du gouvernement rencontrant eux aussi des difficultés pour communiquer.
«Nous essayons d'ouvrir les ports et nous nous servons déjà des aéroports pour venir en aide à la population et lui apporter les produits de première nécessité», a déclaré sur CNN le responsable de l'Agence fédérale de secours (Fema), Brock Long, indiquant que des évacuations étaient en cours vers les États-Unis depuis Porto Rico, mais également depuis les îles Vierges, où les vents de l'ouragan ont soufflé jusqu'à 220 km/h y semant aussi le chaos.
Maria est «la tempête la plus dévastatrice» depuis près d'un siècle, selon les autorités. En 1928, l'ouragan Okeechobee avait fait 300 morts.
«Nous avons vu des personnes âgées qui manquaient de médicaments et de nourriture», a déclaré vendredi à la chaîne CNN la maire de San Juan Carmen Yulin Cruz, disant disposer «de médicaments et de matériel chirurgical pour un mois». Mais «ma plus grande peur est de ne pas avoir accès à ceux qui en ont besoin», a-t-elle ajouté.
La Dominique «pratiquement ravagée»
Frappée de plein fouet mardi par Maria, la Dominique paye le plus lourd tribut humain avec au moins 15 morts, ce qui porte à 33 le nombre total de victimes dans l'ensemble des Caraïbes, avec les trois annoncées à Haïti et les deux de la Guadeloupe.
À la Dominique, où les autorités ont estimé les dommages à «70-80 % des constructions», une première aide a enfin pu arriver jeudi.
Un navire de guerre français, envoyé depuis la Martinique, est arrivé avec des troupes de secours, des hélicoptères et du matériel et 40 tonnes d'eau.
Maria y a fait «au moins 15 morts», a déclaré le premier ministre Roosevelt Skerrit. «Nous n'avons plus d'eau, plus d'électricité, et très peu de communications.»
Des images aériennes témoignaient de l'étendue des dégâts : toits métalliques arrachés, forêts exsangues. Dans les rues, des voitures encastrées les unes dans les autres, des vêtements, bidons, planches de bois et autres débris recouverts de boue montraient la violence de l'ouragan sur son passage, ont constaté des photographes de l'AFP.
«C'était vraiment terrible et dur, on ne pouvait pas sortir, même si on voulait sortir on ne pouvait pas», a raconté Déborah, Martiniquaise qui s'est retrouvée coincée en Dominique après être venue rendre visite à sa mère. Leur maison est totalement détruite et elles ont trouvé refuge chez des voisins.
L'ouragan Maria, désormais classé en catégorie 3 (sur une échelle de 5) avec ses vents de 200 km/h, est passé vendredi au large des îles britanniques Turques-et-Caïques et se trouvait en fin de journée à l'est des Bahamas, selon le centre américain des ouragans.