Environ 8000 policiers et 14 véhicules blindés avaient été déployés dans la capitale française en prévision du rassemblement.

Manifs des gilets jaunes à Paris: 86 arrestations

PARIS — Le gaz lacrymogène a une fois de plus envahi les Champs-Élysées à Paris, samedi, alors que les gilets jaunes manifestaient contre le coût élevé de la vie en France pour un cinquième week-end d’affilée.

Minés par le temps froid, la pluie et les récentes concessions du président Emmanuel Macron, les rassemblements de samedi ont toutefois été beaucoup plus modestes que ceux des précédentes semaines, qui avaient donné lieu à du vandalisme et à du pillage.

Quelques milliers de personnes ont défilé sur la célèbre avenue parisienne dans le cadre d’une manifestation plutôt pacifique qui a cependant viré à la violence en fin d’après-midi lorsque des affrontements ont éclaté entre les policiers de la brigade antiémeute et des contestataires.

Les forces de l’ordre ont utilisé un canon à eau pour disperser les protestataires et les pompiers ont éteint un feu qui avait été allumé dans une rue secondaire menant aux Champs-Élysées.

Environ 8000 policiers et 14 véhicules blindés avaient été déployés dans la capitale française en prévision du rassemblement. Des points de contrôle avaient également été instaurés à plusieurs endroits, les agents fouillant les sacs et les manteaux à la recherche d’armes potentielles.

Selon les autorités, 86 personnes ont été placées en détention à Paris. Aucun détail n’a été fourni concernant les raisons derrière ces arrestations.

Le mouvement des gilets jaunes, qui doit son nom à la veste de sécurité jaune fluorescent que les automobilistes français sont tenus de conserver dans leur véhicule, a été alimenté par le sentiment que le gouvernement Macron nuit aux travailleurs ordinaires et aux retraités en imposant trop de taxes.

Sans réels leaders, le mouvement a attiré une grande variété de citoyens de toute allégeance politique, dont certains activistes n’hésitant pas à verser dans la violence.

Les gilets jaunes ont aussi bloqué des routes et des autoroutes ailleurs en France samedi.

Le nombre de morts liés au soulèvement populaire a grimpé à sept, samedi, après qu’un automobiliste eut accidentellement frappé un camion immobilisé par un rassemblement à la frontière franco-belge.

Dans un discours prononcé plus tôt cette semaine, Emmanuel Macron avait reconnu qu’il était en partie responsable de la colère des manifestants et annoncé des mesures visant à améliorer le pouvoir d’achat des Français. Il avait toutefois refusé de rétablir une taxe sur la richesse abolie dans un effort pour favoriser les investissements en France.

Les forces de l’ordre ont utilisé un canon à eau pour disperser les protestataires et les pompiers ont éteint un feu qui avait été allumé dans une rue secondaire menant aux Champs-Élysées.