Roland Lescure avait quitté ses fonctions à la Caisse de dépôt et placement du Québec pour se joindre à la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron.

L'ex-numéro 2 de la Caisse de dépôt candidat pour Macron

L'ex-numéro deux de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Roland Lescure, a été choisi comme candidat par le nouveau président français Emmanuel Macron en vue des élections législatives. Il amorcera une «campagne-éclair» lundi à New York.
S'il l'emporte, M. Lescure sera le député de l'Amérique du Nord, l'un des 11 représentants «français de l'étranger» du parti La République en marche. La formation politique d'Emmanuel Macron a dévoilé jeudi ses choix, soit 428 candidats qui défendront ses couleurs.
M. Lescure, auparavant vice-président responsable des investissements de la Caisse de dépôt après avoir été recruté en France, avait quitté ses fonctions au début d'avril pour se joindre à la campagne de celui qui était alors candidat à la présidentielle française.
Il a expliqué avoir pris cette décision afin de contribuer au mouvement d'Emmanuel Macron, ce qu'il dit avoir fait en privé depuis un an, mais au grand jour depuis environ un mois, après avoir quitté la Caisse. En entrevue téléphonique depuis Paris, M. Lescure a déclaré s'être porté candidat pour plusieurs raisons. D'abord, il dit vouloir contribuer à la majorité présidentielle de M. Macron. «Parce qu'en France, quand on n'a pas de majorité de députés, c'est très difficile de présider», a-t-il précisé.
Mais ce qui est le plus important selon lui, c'est d'être un lien. «Moi, je considère que les Français qui vivent en Amérique du Nord, aux États-Unis et au Canada, ont vraiment une perspective unique sur la France, et donc moi je veux être leur porte-voix pour qu'ils nous aident à transformer la France», a-t-il dit.
Il précise qu'il ne connaît pas Emmanuel Macron personnellement. Il l'a croisé une fois dans une réunion professionnelle il y a cinq ans, à Paris. «D'emblée, j'ai été impressionné par sa diversité et sa clairvoyance», dit-il.
Assez pour se joindre à son mouvement? «À 150 %!», s'exclame-t-il. «J'ai tout quitté, professionnellement, pour lui», ajoute-t-il.
Les élections auront lieu en deux tours au Québec, les samedi 3 et 17 juin, alors que le scrutin en France se déroulera les dimanches 11 et 18 juin.