Michael Cohen a plaidé coupable à huit chefs d’accusation, y compris évasion fiscale et fausse déclaration à une institution financière. Lors d’une audience sur la peine le 12 décembre, il pourrait écoper de quatre à cinq ans de prison.

L’ex-avocat de Trump coupable de fraude fiscale et bancaire

NEW YORK — Michael Cohen, ancien avocat personnel du président américain Donald Trump, a plaidé coupable à des accusations fédérales, dont fraude dans les finances de campagne concernant des paiements pour acheter le silence de l’actrice de films pornographiques Stormy Daniels et de l’ex-mannequin de Playboy Karen McDougal.

M. Cohen, âgé de 51 ans, a affirmé en Cour fédérale à New York, mardi, qu’il avait fait les versements en coordination avec Donald Trump — qui n’a pas été nommé — en vue d’influencer l’élection. Les deux femmes ont déjà soutenu avoir eu des relations extraconjugales avec M. Trump, ce qu’il a réfuté.

M. Cohen a plaidé coupable à huit chefs d’accusation, y compris évasion fiscale et fausse déclaration à une institution financière. Lors d’une audience sur la peine le 12 décembre, il pourrait écoper de quatre à cinq ans de prison.

En plaidant coupable, M. Cohen n’a pas spécifiquement nommé les deux femmes ni même Donald Trump, affirmant qu’il avait travaillé avec un «candidat non identifié». Toutefois, les montants et les dates concordent avec les paiements effectués à Stormy Daniels et à Karen McDougal.

M. Cohen a affirmé que le premier paiement avait été fait «en coordination avec et selon les instructions d’un candidat à un poste fédéral», et que le deuxième versement avait été effectué «selon les directives du même candidat».

Une entente sur son plaidoyer de culpabilité a été conclue avec les procureurs, évitant la tenue d’un procès. On ignore si l’entente requiert la coopération de l’accusé dans l’enquête sur l’ingérence de la Russie dans la campagne électorale de 2016 ou dans d’autres enquêtes.

Cercle rapproché du président

L’enquête lève le voile sur le rôle de M. Cohen dans l’entourage de Donald Trump.

Plus tôt cette année, il a reconnu avoir organisé un paiement de 130 000 $US pour éviter que Stormy Daniels ne parle d’une présumée relation extraconjugale avec Donald Trump.

Le sort de M. Cohen inquiète le cercle rapproché du président Trump depuis les perquisitions de la police fédérale (FBI) dans la maison et le bureau de l’avocat et dans une chambre d’hôtel en avril.

Avant l’élection de 2016, M. Cohen était un membre de confiance de l’organisation de Donald Trump, travaillant dans un bureau de la Trump Tower situé à côté d’un bureau utilisé par son patron.

Il a recueilli des millions de dollars pour la campagne de M. Trump et, après avoir été interviewé par le Comité du renseignement de la Chambre des représentants l’année dernière, a déclaré à Vanity Fair que M. Trump n’était aucunement impliqué dans un présumé complot russe pour influencer les élections aux États-Unis.

Le soutien initial du président à M. Cohen après les perquisitions du FBI a depuis dégénéré en une querelle publique, alimentant les rumeurs selon lesquelles l’avocat, pour se tirer de cette affaire judiciaire, pourrait être disposé à révéler aux procureurs certains des secrets qu’il aurait contribué à faire taire au bénéfice de M. Trump.

Lorsque l’équipe de M. Cohen a dévoilé un enregistrement de M. Trump portant sur l’un des paiements en argent, M. Trump a écrit sur Twitter : «Quel type d’avocat enregistrerait un client? Tellement triste!»