Des manifestants devant le Trump International Hotel, situé à deux pas de la Maison-Blanche, mercredi

Levée de fonds pour Trump à son hôtel

La prochaine élection présidentielle américaine n'aura pas lieu avant 1200 jours, mais Donald Trump s'occupe déjà de son financement. Il a choisi, pour ce faire, le Trump International Hotel, situé à deux pas de la Maison-Blanche.
Le 45e président des États-Unis participait mercredi soir à un dîner de levée de fonds en faveur de sa campagne et du parti républicain.
La Maison-Blanche ne fait aucun mystère de ses ambitions pour un second mandat : «Bien sûr qu'il sera candidat à sa réélection», a lancé sa porte-parole, Sarah Huckabee Sanders, interrogée sur ce thème.
«Pour l'heure, il est concentré sur son programme, sur les élections de mi-mandat et sur les levées de fond pour son parti, rien d'anormal à mon sens pour un président», a-t-elle pris soin d'ajouter.
À plusieurs reprises, le républicain a lui-même évoqué ses projets pour les «huit années» à venir.
Billet d'entrée de 35 000 $
Selon une invitation obtenue par Politico, le billet d'entrée est de 35 000 $ par personne (avec possibilité de financement à hauteur de 100 000 $ pour un statut de donateur privilégié).
Si elle est régulièrement critiquée, la participation du président à des levées de fond - pour son parti ou sa campagne - fait partie, depuis des décennies, du paysage politique américain, chez les démocrates comme les républicains.
Mais le mélange des genres entre la carrière politique de Donald Trump et son empire immobilier soulève une nouvelle fois d'innombrables questions : les riches donateurs qui viendront l'écouter contribueront aussi, de fait, au développement de son empire immobilier.
Près de 200 élus démocrates du Congrès viennent de l'assigner en justice, lui reprochant de profiter de sa fonction présidentielle pour amasser des gains financiers venus de l'étranger via son empire immobilier.
Concurrence déloyale
Une plainte similaire, déposée par l'État du Maryland et la capitale Washington, soulignait par ailleurs que le Trump International Hotel faisait une concurrence déloyale aux hôtels voisins.
Pour les auteurs de ces assignations, le président Trump est coupable de conflits d'intérêts permanents, en n'ayant pas pris suffisamment de distance avec son groupe économique. Si le milliardaire a confié à ses fils le contrôle au jour le jour de ses affaires, il a conservé toutes ses parts dans la Trump Organization.
Les plaignants relèvent par exemple que des délégations étrangères ont privilégié de descendre à l'hôtel international Trump de Washington, que des gouvernements étrangers aient décidé d'acheter ou de louer des locaux immobiliers construits par le groupe Trump, ou encore que les autorités chinoises ont enregistré des dépôts de marques appartenant à M. Trump.
Plusieurs ONG, parmi lesquelles l'organisation Public Citizen, ont appelé à manifester devant l'hôtel mercredi soir avant ce dîner. «Une nouvelle fois, Donald Trump utilise sans vergogne sa position de président pour se remplir les poches», a lancé cette dernière sur Facebook.
Autre polémique liée la Trump Organization : le magazine américain Time vient de demander le retrait d'une fausse une de l'hebdomadaire, à la gloire de Donald Trump, affichée dans plusieurs clubs de golf appartenant au milliardaire.