À Madrid et Barcelone, c’est une immense bouffée d’air: jusqu’alors toujours soumis à un des confinements les plus stricts au monde face à la pandémie partie de Chine fin 2019, les habitants deux principales villes d’Espagne ont commencé lundi à bénéficier d’un premier allégement, avec la réouverture des terrasses et des espaces verts.
À Madrid et Barcelone, c’est une immense bouffée d’air: jusqu’alors toujours soumis à un des confinements les plus stricts au monde face à la pandémie partie de Chine fin 2019, les habitants deux principales villes d’Espagne ont commencé lundi à bénéficier d’un premier allégement, avec la réouverture des terrasses et des espaces verts.

 L'Europe se déconfine, l'Amérique latine inquiète

Laurence Boutreux
Agence France-Presse
MADRID — L’Espagne a retrouvé lundi ses plages, l’Italie ses piscines : l’Europe poursuit son déconfinement après des semaines de paralysie en raison du coronavirus, qui a fait plus de 343 000 morts à travers la planète et continue sa progression notamment en Amérique latine.

À Madrid et Barcelone, c’est une immense bouffée d’air: jusqu’alors toujours soumis à un des confinements les plus stricts au monde face à la pandémie partie de Chine fin 2019, les habitants deux principales villes d’Espagne ont commencé lundi à bénéficier d’un premier allégement, avec la réouverture des terrasses et des espaces verts.

Dès l’aube, des centaines de Madrilènes ont pris d’assaut le parc du Retiro, dont les portes ont rouvert pour la première fois en dix semaines.

«La réouverture du Retiro m’apporte une certaine sérénité, un certain réconfort», savoure Rosa San José, 50 ans, venue se promener en tenue de sport et avec un masque blanc. Sur une grande partie du littoral espagnol, les plages ont également rouvert.

Autre pays lourdement frappé par le virus, l’Italie a franchi une nouvelle étape dans la levée des restrictions, avec la réouverture des salles de sports et des piscines, une semaine après celle des restaurants.

En Islande, les noctambules attendent avec impatience le soir : les discothèques sont autorisées à rouvrir, un rare privilège en Europe. Dans la matinée, les sportifs ont pu retrouver leurs salles de gym.

«C’est super de pouvoir reprendre, de retrouver ma routine», jubile Helga Bergman, 55 ans, qui n’aurait pour rien au monde raté la réouverture de sa salle favorite, le World Class Laugar, à Reykjavik.

Vols intérieurs en Inde

En Grèce, les terrasses des tavernes et cafés ont rouvert lundi, une semaine plus tôt que prévu pour soutenir le secteur de la restauration avant un retour espéré des touristes à la mi-juin.

Dans le quartier de Thissio, au pied de l’Acropole, des Athéniens ont repris leurs habitudes, dégustant leur café «freddo» au soleil. À Kiev, la capitale ukrainienne, le métro a repris du service.

Partout, les distances de sécurité et les gestes barrières sont de mise pour éviter une possible deuxième vague, redoutée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le Japon a levé lundi l’état d’urgence qui était encore en vigueur notamment à Tokyo, afin de permettre le redémarrage de la troisième économie du monde, alors que le nombre de nouveaux cas de COVID/-19 ne cesse de décroître dans le pays.

En Inde, les vols intérieurs ont repris lundi après deux mois d’interdiction, mais de façon partielle et dans une certaine confusion, certains d’entre eux étant annulés à la dernière minute.

Parmi les conditions pour pouvoir embarquer : se soumettre à une prise de température et disposer de l’application de traçage du gouvernement, Aarogya Setu.

Malgré les précautions, la nervosité était palpable parmi les salariés de l’aéroport de New Delhi. «Interagir avec tant de gens à cette époque est si risqué. J’ai dû être en contact avec au moins 200 personnes depuis ce matin», a confié une employée à l’AFP.

Bain de foule

Si la pandémie apparaît sous contrôle en Europe et ralentit sa progression aux États-Unis, elle accentue ses ravages en Amérique latine, son «nouvel épicentre» selon l’OMS.

Particulièrement frappé : le Brésil, où plus de 22 600 morts ont été dénombrés. Hostile aux mesures de confinement et aux gestes barrières, le président d’extrême droite Jair Bolsonaro n’a pas hésité dimanche à prendre un bain de foule à Brasilia, tombant le masque, serrant des mains et portant même un enfant sur ses épaules.

Face à cette dégradation, le président américain Donald Trump, pourtant un allié de M. Bolsonaro, a interdit dimanche l’entrée aux États-Unis aux voyageurs non-américains arrivant du Brésil.

Alors que la barre des 100 000 morts doit être atteinte cette semaine aux États-Unis, pays le plus endeuillé de la planète, les drapeaux ont été mis en berne pour trois jours.

Le déconfinement se poursuit cependant à travers le pays avec là aussi la volonté de relancer l’économie. Les New-Yorkais ont ainsi pu redécouvrir la plage dimanche.

Mais au Mexique, le président Andres Manuel Lopez Obrador a prévenu que le pays se trouvait «au moment le plus douloureux de la pandémie». Il a estimé que la crise allait entraîner la perte d’un million d’emplois dans son pays en 2020.

Au Chili, le président Sebastian Piñera a jugé que le système de santé du pays était saturé et «très proche de la limite».

Isolement social

Le Pérou a prolongé le confinement jusqu’au 30 juin. En Argentine, l’isolement social obligatoire a été prolongé jusqu’au 7 juin, alors que les contaminations ont été multipliées par cinq à Buenos Aires en deux semaines.

En Allemagne, à l’inverse, la plupart des restaurants ont pu rouvrir lundi, comme certains hôtels.

Le Royaume-Uni a confirmé dimanche son plan de déconfinement progressif, avec une réouverture partielle des écoles le 1er juin.

Le premier ministre britannique Boris Johnson a décidé dimanche de maintenir à son poste son conseiller spécial Dominic Cummings, au coeur d’une tempête politique pour avoir violé le confinement en se rendant fin mars chez ses parents à 400 km de Londres, alors qu’il craignait d’être atteint de la COVID-19.

Les conséquences de la pandémie ne cessent de faire monter la tension entre la Chine, où la maladie est apparue à Wuhan, et les États-Unis, qui l’accusent d’avoir été négligente et d’avoir provoqué, selon les termes de Donald Trump, «une tuerie de masse mondiale».

Les autorités de Pékin assurent, elles, avoir été transparentes.

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a jugé que les deux pays, déjà à couteaux tirés depuis deux ans en raison de leur guerre commerciale, étaient «au bord d’une nouvelle Guerre froide».

«Outre la dévastation causée par le nouveau coronavirus, un virus politique se propage aux États-Unis», a déclaré le chef de la diplomatie chinoise. Avec Philippe SCHWAB à Paris et les bureaux de l’AFP dans le monde