Le ministre des Affaires étrangères de l'Estonie, Sven Mikser.

L’Estonie et la Russie échangent des espions

L’Estonie et la Russie ont échangé samedi à leur frontière deux hommes condamnés à des peines de détention pour espionnage et ayant bénéficié d’une grâce présidentielle, ont annoncé les autorités estoniennes.

L’homme d’affaires estonien Raivo Susi a été échangé contre le Russe Artiom Zintchenko au poste frontalier de Koidula dans le sud-est de l’Estonie.

«L’Estonie a renvoyé en Russie l’espion qui a commis un crime ici, et par conséquent l’homme d’affaires estonien a pu retourner vers ses proches après avoir été pendant une longue période détenu en Russie», a déclaré Arnold Sinisalu, chef des services de sécurité intérieurs estoniens.

Raivo Susi, arrêté en février 2016 en Russie pour des activités remontant à la période de 2004 à 2007, a été condamné en décembre 2017 à douze années de «colonie à régime sévère» pour espionnage.

Raivo Susi était actif dans le domaine aéronautique.

En 2017, un tribunal de Tallinn avait condamné M. Zintchenko à cinq ans de prison pour espionnage au profit du GRU, le renseignement militaire russe.

M. Zintchenko, qui vivait en Estonie avec un permis de séjour depuis 2013, avait été reconnu coupable de collecte et transmission de renseignements portant préjudice à la sécurité nationale de l’Estonie.

Des affaires d’espionnage compliquent régulièrement les relations entre la Russie et les pays Baltes, anciennes républiques soviétiques devenues membres de l’Otan et de l’Union européenne. L’anxiété dans ces pays est montée d’un cran après l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014.

En 2015, la Russie avait libéré l’officier estonien Eston Kohver, lors d’un échange évoquant des épisodes mythiques de l’époque de la Guerre froide.

M. Kohver, condamné en Russie à 15 ans de prison pour espionnage, avait été échangé contre Alexeï Dressen, ancien responsable des services de sécurité estoniens purgeant une peine de 16 ans de détention pour espionnage au profit de Moscou, avait indiqué à l’époque le FSB (service fédéral de sécurité russe).