Des Témoins de Jéhovah en attente de la décision de la Cour suprême russe, qui a qualifié jeudi l'organisation d'«extrémiste».

Les Témoins de Jéhovah interdits en Russie

Les Témoins de Jéhovah ont été interdits jeudi en Russie en vertu d'une décision de la Cour suprême qui ouvre la voie à confiscation des biens de cette organisation désormais officiellement considérée comme «extrémiste».
Un responsable russe des Témoins de Jéhovah, Iaroslav Sivoulski, qui s'est dit «choqué» par cette mesure d'interdiction, a annoncé que son mouvement ferait appel, et était prêt à aller devant la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) en dernier recours.
«Je ne pensais pas qu'une telle chose serait possible dans la Russie moderne, où la Constitution garantit la liberté de religion», a-t-il réagi.
Le ministère de la Justice, qui demandait l'interdiction de ce mouvement millénariste revendiquant 175 000 membres en Russie, a relevé chez ce dernier des «signes d'activité extrémiste», et a estimé qu'il représentait «une menace pour les droits des citoyens, pour l'ordre public et pour la sécurité de la société».
La Cour suprême, qui examine cette affaire depuis le 5 avril, a décidé de donner suite à la demande du ministère, ordonnant la liquidation des 395 organisations locales des Témoins de Jéhovah sur le territoire russe, et la confiscation de leurs biens.
«Nos fidèles se retrouvent dans une position très inconfortable. Ils risquent des poursuites judiciaires», a estimé M. Sivoulski, assurant que les membres de son organisation continueront à se rassembler en secret.
Cas précédents
«Nous craignons que la loi contre l'extrémisme ne soit utilisée contre les fidèles qui continueront à se rassembler et à étudier la Bible», a réagi dans un entretien avec l'AFP Evgueni Kalinine, un fidèle venu assister à l'audience.
Aux yeux de la puissante Église orthodoxe russe, les Témoins de Jéhovah sont une secte qu'elle juge dangereuse en raison notamment de l'interdiction des transfusions sanguines pour ses membres.
Plus globalement, le patriarcat orthodoxe craint la concurrence et le prosélytisme des autres mouvements religieux, comme par exemple les évangélistes.
La Russie avait déjà ordonné la dissolution en 2004 d'une branche des Témoins de Jéhovah, une décision jugée «injustifiée» par la CEDH, qui a condamné ce pays à 70 000 euros (101 111 $) de dommages et intérêts en 2010 dans cette affaire.
En 2007, la Russie avait également été condamnée pour avoir violé le droit à la liberté de religion d'une centaine de Témoins de Jéhovah pour avoir annulé en 2000 une réunion religieuse dans l'auditorium d'un collège de Tcheliabinsk, en Sibérie.
Mouvement accusé de dérives sectaires
Les Témoins de Jéhovah sont un mouvement millénariste revendiquant plus de huit millions de membres actifs dans le monde et régulièrement accusé de dérives sectaires pour ses préceptes rigoristes, parmi lesquels son refus des transfusions sanguines.
Fondé en 1870 en Pennsylvanie par Charles Russell, ce mouvement en périphérie de la galaxie évangélique se réclame du christianisme. Mais aucune des grandes Églises (catholique, protestantes, orthodoxes) ne le reconnaît comme tel, en particulier parce qu'il n'admet pas la nature divine du Christ.
À l'inverse, les Témoins de Jéhovah se considèrent comme les seuls à restituer un authentique christianisme des origines.
Ses membres sont connus pour leur zèle missionnaire et leur activité de porte-à-porte, munis de leur Bible dans une traduction qui leur est propre, pour annoncer l'instauration prochaine du royaume millénaire de Dieu, du paradis sur Terre.
Les Témoins de Jéhovah revendiquent 8,3 millions de membres actifs dans 240 pays (1,2 million rien qu'aux États-Unis), mais ils assurent que 20 millions de personnes assistent au «Mémorial du sacrifice de Jésus Christ», leur grand culte annuel. Ils ne célèbrent pas Pâques ni aucune des fêtes jugées par eux contraires aux normes bibliques, comme Noël, l'Épiphanie, la Toussaint, et pas davantage les anniversaires de naissance, par refus de l'idolâtrie.
Apolitiques et non violents, les Témoins de Jéhovah ont été victimes de persécutions dans l'Allemagne nazie, où des milliers de fidèles ont été enfermés dans des camps de concentration et des centaines tués, mais aussi sous le régime soviétique. En France, en raison de leur refus du service militaire, des milliers de jeunes Témoins ont été emprisonnés pour insoumission avant 1995.
Les Témoins de Jéhovah considèrent que le sang a «un caractère sacré» et refusent non seulement la consommation de viandes non saignées, mais aussi les transfusions sanguines. Cependant, le mouvement a créé une structure de médiation pour promouvoir des solutions alternatives médicales, notamment l'autotransfusion. Dans le cas des enfants, ils acceptent généralement que les médecins saisissent l'autorité judiciaire pour administrer une transfusion.
La structure très hiérarchisée du mouvement, sa vision essentiellement négative du monde terrestre, son indifférence à l'égard de la vie sociale, l'opprobre jeté sur les «apostats» expliquent que les Témoins de Jéhovah restent sous surveillance des autorités dans de nombreux pays, et souvent dans le collimateur des groupes luttant contre les sectes.